Entreprises de BTP

Jean Mesqui prend les rênes de l’ASFA

Mots clés : Réseau routier

Ce mercredi 22 juin, le conseil d’administration de l’Association des sociétés françaises d’autoroutes (ASFA) a élu – à l’unanimité – Jean Mesqui comme président. L’ancien délégué général remplace ainsi Pierre Coppey, qui assurait la présidence de l’ASFA depuis quatre ans.

Faire de l’Association des sociétés françaises d’autoroutes (ASFA) un « think tank opérationnel ». Tel est l’objectif que s’est assigné Jean Mesqui, son nouveau président. Elu ce mercredi 22 juin, à l’unanimité, lors de l’assemblée générale de l’association, Jean Mesqui souhaite ainsi inscrire son action dans la continuité de la présidence de son prédécesseur, Pierre Coppey. « Nous poursuivrons le développement de notre plan stratégique interne, initié en 2012, sous la précédente mandature. Via une nouvelle gouvernance et l’élaboration d’études prospectives, l’ASFA doit devenir une sorte de « think tank » capable de concevoir et de proposer des solutions opérationnelles », fait savoir Jean Mesqui.

Parmi les sujets de prédilection de l’association figure notamment « l’autoroute du futur », une infrastructure digitalisée, communicante et partagée, dont certaines des premières « briques technologiques » ont été présentées lors d’un colloque organisé par l’ASFA ce 22 juin. Voies dédiées aux transports collectifs, rationalisation du stationnement des poids-lourds sur les aires de repos, gestion technique centralisée du Tunnel du Mont-Blanc, services en « Floating Car Data » (des services en temps réel basés sur les données provenant des véhicules), gestion du trafic par les réseaux communautaires, information prédictive personnalisée, etc. sont quelques-uns des concepts en vogue au sein de la communauté autoroutière. Selon Jean Masqui, « la concession est le modèle économique le mieux adapté pour développer l’autoroute du futur. » Avant d’ajouter : « Dit autrement, le futur de l’autoroute, c’est la concession ! »

 

10 % des 3,2 milliards d’euros du plan de relance autoroutier déjà mobilisés


Mais avant que « l’autoroute technologique » ne sorte de terre, plusieurs dossiers d’importance mobilisent les membres de l’ASFA à l’heure actuelle. Parmi eux : le plan de relance autoroutier. Signé en septembre 2015 entre l’Etat et les concessionnaires, ce plan de 3,27 milliards d’euros prévoit la réalisation, en cinq ans, d’une trentaine de chantiers (d’élargissement, de sécurisation, de mise aux normes environnementales, etc.) sur le réseau français. « Aujourd’hui, 10 % de l’enveloppe a déjà été mobilisés dans le cadre des premiers appels d’offres concernant des missions de maîtrise d’œuvre et de travaux préparatoires », indique le nouveau président de l’ASFA.

Les premiers chantiers devraient être lancés avant la fin de l’année, avec une montée en puissance au cours de l’année 2017. Une fois le plan de relance arrivé à son terme, l’extension du réseau – via notamment l’intégration des axes pénétrants les grands centres urbains – pourrait bien être à l’ordre du jour du programme d’actions de l’ASFA. « Compléter le réseau autoroutier est un objectif important pour nous », confirme Jean Mesqui.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X