Aménagement

Jacqueline Osty et Claire Schorter dessineront le nouveau visage de l’île de Nantes

Mots clés : Aménagement paysager

Avec une proposition originale allant au-delà du cahier des charges initial, l’équipe conduite par la paysagiste Jacqueline Osty prendra le relais du groupement Smet-uapS-SCE pour assurer, jusqu’en 2025, la maîtrise d’œuvre urbaine de l’île de Nantes.

Jeudi 15 décembre, en préambule d’un conseil métropolitain très fourni (une consultation internationale pour l’aménagement de 130 ha le long de la Loire a également été annoncée), Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole a dévoilé l’équipe de maîtrise d’œuvre retenue pour la 3e phase de l’aménagement de l’île de Nantes.

Après 9 mois de dialogue compétitif entre quatre équipes (voir ci-dessous), c’est le groupement conduit par la paysagiste Jacqueline Osty, accompagnée de l’urbaniste Claire Schorter et du bureau d’études Mageo, de Concepto (conception lumière), Quand Même (participation) et Roland Ribi (mobilités) qui a été retenu par le jury. «Le projet de Jacqueline Osty et Claire Schorter nous a séduits avec une approche véritablement originale en proposant de déplacer le futur parc métropolitain en bordure de Loire» a commenté avec enthousiasme Johanna Rolland.

Plutôt qu’un grand parc métropolitain en contrepoint du futur CHU, la proposition de Jacqueline Osty vise ainsi à instaurer un système de parcs à l’échelle de toute la pointe Ouest de l’île. «Cette proposition alimente le projet métropolitain en répondant au désir de Loire exprimé par les Nantais lors du grand débat, ainsi qu’à l’envie de nature en ville» ajoute Johanna Rolland.

Le projet sera présenté courant janvier, après la notification de l’accord-cadre. D’une durée de 8 ans, celui-ci portera sur trois types de mission à l’échelle de l’ensemble de l’île: études paysagères et urbaine, accompagnement des opérations immobilières et conception des espaces publics.

 

Focus

Un atelier citoyen pour accompagner le dialogue compétitif

La Samoa, aménageur de l’île de Nantes, a fait le choix de recourir à la procédure du dialogue compétitif en lançant un appel à candidature en décembre 2015. Avec le souhait d’accorder une plus grande place à la nature en ville, le mandataire des équipes pluridisciplinaires en compétition devait être un paysagiste.

28 candidatures ont été déposées et, début mars, quatre équipes ont été sélectionnées pour participer au dialogue compétitif qui s’est déroulé en deux étapes:

Agence BASE (mandataire) avec Güller&Güller, Safege et Bruit du Frigo;

Atelier Jacqueline Osty et associés (mandataire), Claire Schorter, Mageo, Concepto, Quand Même et Roland Ribi;

Agence Ter (mandataire), Anoyji et BEltrando, Wille Polau, Atelier d’écologie urbaine, Arcadis;

Atelier Bruel-Delmar (mandataire), KCAP, groupe Etude Nicolet.

En parallèle, un atelier citoyen de 36 personnes a été monté sur la base de candidatures. Allant de l’étudiant en architecture à l’infirmière en passant par le retraité, ce groupe très impliqué a rédigé un «livret des attentes» qui a été annexé au cahier des charges des candidats présélectionnés et a pu rencontrer les quatre équipes lors de la seconde phase du dialogue. Sur la base des offres finales, un «avis citoyen» a été formalisé et porté par deux représentants de l’atelier lors du jury final.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X