Energie

IssyGrid préfigure le réseau intelligent de demain

Depuis son démarrage en 2012, le projet IssyGrid ne cesse de se perfectionner. Installé à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), ce réseau électrique donne un aperçu des futures infrastructures énergétiques.

Lancé en 2012 par un consortium de onze partenaires (1), Issy Grid continue à croître. Les entreprises impliquées dans ce projet se sont réunies le 6 avril pour présenter un instantané de cette infrastructure pilote en expansion. Elle préfigure à l’échelle d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) les futurs réseaux électriques intelligents, où des technologies de communication seconderont les lignes. L’opération intègre à des degrés plus ou moins avancés environ 1 000 logements, quatre immeubles de bureaux (EOS, Farman, Galeo et Sequana), l’Ecole de formation des barreaux de Paris (EFB), un poste de distribution électrique et 46 lampadaires.

Le concept de réseau intelligent (ou smart grids) résulte de deux phénomènes conjoints : la croissance des énergies renouvelables et la chute des coûts dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC). La première entraine une nouvelle organisation électrique. Les grandes centrales, peu nombreuses et faciles à contrôler, se trouvent en concurrence avec une multitude de petites installations éoliennes ou solaires dont les rendements varient au gré des conditions climatiques. Equilibrer la consommation et la production devient un exercice périlleux.

C’est ici qu’intervient la puissance de calcul des ordinateurs devenue bon marché. Dans un réseau intelligent très performant, un système informatique collecterait les données de consommation et de production dans un périmètre géographique défini. Il croiserait ces informations avec les prix du marché de l’électricité, puis enverrait des consignes de fonctionnement aux entités connectées au réseau. Par le biais de sa gestion technique (GTB), un bâtiment pourrait se voir enjoindre de couper sa climatisation ou de déclencher ses batteries de stockage électrique.

 

L’agrégation des données en bonne voie

 

Issy Grids n’a pas encore atteint ce stade de développement. Toutefois, il affiche plusieurs réalisations probantes, des prémisses nécessaires à l’application de la théorie. A l’heure actuelle, l’expérience se révèle un succès pour la récolte des informations. Les consommations de tous les édifices reliés au réseau sont déversées dans des serveurs conçus par Microsoft et Sopra Steria. Les sources d’émission sont diverses : les logiciels de supervision des immeubles et de l’EFB, les dispositifs de domotique des 861 logements du Fort d’Issy, quelques compteurs Linky, et les boitiers de communication CityBox de Bouygues Energies & Services logés dans les mâts des luminaires urbains. Par souci de préserver la vie privée des habitants, les valeurs des logements de même typologie sont additionnées par tranche de dix. Cette somme anonyme est ensuite envoyée vers la plate-forme informatique.

A ce flot d’informations s’ajoutent les chiffres de production des panneaux photovoltaïques installés en toiture de l’EFB, d’une puissance de 50 kWc, ainsi que des immeubles Sequana et Farman, d’une puissance respective de 30 et 60 kWc. Ce dernier échange avec le réseau non pas par l’intermédiaire de câble, mais par le biais du réseau sans fil Long Range Wide-area network (LoRaWAN), déployé à Issy-les-Moulineaux l’été dernier. Cette nouvelle structure équivaut à un réseau de téléphonie mobile adaptée à la transmission de messages peu complexes, comme en émettent les compteurs ou les capteurs connectés. Elle est bien moins onéreuse et énergivore que son aînée.

Dernière brique de ce vaste ensemble énergétique, le poste de distribution électrique de la rue Barra héberge 33 kWc de batteries depuis décembre 2015. Ces équipements proviennent des capots de Renaud Kangoo. Trop usés pour propulser une automobile, ils sont recyclés dans des usages stationnaires. Ce stockage emmagasine les électrons générés par les panneaux solaires des sites de Sequana et de Farman. L’EFB abrite ses propres accumulateurs, d’une capacité de 60 kWh. Dans les deux cas, un système de contrôle imaginé par Bouygues Energies & Services et Schneider Electric choisit de stocker l’énergie ou de la libérer dans le réseau local. « Nous avons reproduit le dispositif testé dans le siège de Bouygues Construction », explique Servan Lacire, directeur de l’innovation et des technologies de Bouygues Energies & Services. L’état des batteries remonte aussi jusqu’à la centrale informatique d’Issy Grid.

 

Ouvrir l’infrastructure

 

Reste à tirer de cet agrégat des indicateurs pertinents. La société Embix assure le traitement des données dans une forme intelligible par le plus grand nombre. Son logiciel pioche dans les serveurs les chiffres utiles, les analyse et affiche ses résultats dans un tableau de bord accessible par internet. Les habitants peuvent ainsi connaître la consommation heure par heure par appartement de son immeuble. « Nous espérons dans un an leur présenter une comparaison avec un appartement semblable en Ile-de-France ou dans l’Hexagone, souligne Eric Mozoyer, directeur général délégué de Bouygues Immobilier. A terme, nous pourrions imaginer des garanties de performance sur les consommations. » Les occupants des bureaux y trouveront aussi la consommation de leurs locaux, ainsi que leurs productions d’énergie et les niveaux du stockage.

La filiale du groupe Bouygues aimerait maintenant ouvrir le réseau à d’autres bâtiments. Pour le moment, celui-ci ne comprend que des constructions qu’elle a réalisées. « Chacun peut, s’il le souhaite, connecter son installation à notre infrastructure », indique Eric Mozoyer. Dans les prochains mois, Embix devrait également mettre en libre accès une partie de ses données énergétiques. Les entreprises qui le souhaitent pourront les utiliser pour créer de nouveaux services informatiques.

 

(1) : la Ville d’Issy-les-Moulineaux, Bouygues Immobilier, Bouygues Energies & Services, EDF, ErDF, GE Grid Solutions (anciennement Alstom Grid), Schneider Electric, Total, Bouygues Telecom, Microsoft, Sopra Steria.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X