Entreprises de BTP

Investissement : le BTP en mode défensif

Mots clés : Entreprise du BTP - Gestion de l'entreprise

Le BTP arrive en tête des secteurs où le manque de débouchés est le plus prégnant. Tel est le triste constat qui ressort du dernier baromètre sur l’investissement et la trésorerie des entreprises, publié le 9 juin.

Rendez-vous biennal, le baromètre « investissement et trésorerie des entreprises » du n°1 de l’assurance-crédit en France, Euler Hermes, apporte à travers plus de 800 PME et ETI interrogées de février à avril 2015 une analyse de la situation actuelle des entreprises. L’assureur veut croire au « grand retour de l’investissement ». Certes, il prévoit une croissance de 1,2% cette année en France, 1,5% en 2016, après +0,2% en 2014. La consommation des ménages reste le « principal moteur », apportant à elle seule un point à la progression du produit intérieur brut. Cette demande, estime Euler Hermes, devrait finalement soutenir la croissance des chiffres d’affaires des entreprises qui en profiteraient pour reconstituer leurs marges et l’investissement. « Après un deuxième semestre 2014 inquiétant pour l’investissement des entreprises (+0%), celui-ci augmenterait de +1% cette année, pour accélérer à +2,6% en 2016. Dans un environnement de financement porteur, l’amélioration des chiffres d’affaires et des marges donne ainsi le top départ pour un grand retour de l’investissement. Celui-ci était plus qu’attendu puisque le déficit d’investissement gonflerait à 83 milliards d’euros cette année», analyse Ludovic Subran, chef économiste d’Euler Hermes.

 

Pression sur les prix et manque d’activité

 

Reste que tous les secteurs ne sont pas lotis de la même façon. Et le BTP trinque encore.
Concernant les défaillances, alors que certains secteurs pointent vers une amélioration, la construction continue de souffrir avec un accroissement des faillites.
Selon le baromètre, la concurrence accrue (33% des entreprises interrogées) et l’absence de débouchés (33%) sont en 2015 les principales difficultés rencontrées par les entreprises françaises, devançant le niveau de marges (23%). Ceci est d’autant plus vrai pour le BTP pour qui « le manque de débouchés est le plus prégnant : il est l’obstacle le plus important pour 39% des entreprises interrogées ». Pression sur les prix et manque d’activité arrivent en tête des principales difficultés citées par les entreprises de BTP. Quant à l’investissement, seules 21% de ces entreprises envisagent d’investir. Un résultat somme toute logique puisqu’elles ont peu de visibilité sur l’avenir. Tous secteurs confondus, 76% des entreprises ont moins de 6 mois de visibilité sur leurs carnets de commande, contre 58% dans le baromètre 2013. Beaucoup d’entreprises ne tournent pas à plein et sont capables de répondre à un supplément de demande avec leurs outils existants avant d’enclencher une stratégie plus offensive d’investissement. C’est notamment le cas du BTP qui reste contraint à adopter une posture défensive.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X