Industrie/Négoce

Interface recycle le pare-brise automobile en matière première pour la moquette

Mots clés : Dallage - Produits et matériaux

La société Interface, spécialisée dans la fabrication de dalles de moquette, poursuit son obsession écologique en recyclant le PVB, un plastique issu du verre automobile, pour remplacer le latex dans ses produits.

Il aura fallu près de dix ans de recherche aux équipes européennes du groupe américain Interface pour trouver un substitut au latex, matière issue du pétrole qui constitue la pré-couche de ses dalles de moquette.

Et pour le débusquer, l’industriel est allé regarder du côté de l’automobile, plus précisément à l’intérieur des pare-brises des véhicules, où se cache, entre les feuilles de verre, une couche de plastique appelé polyvinyle de butyral (PVB). Selon Interface, avec 5 à 6 % des propriétaires de voitures changeant leur pare-brise chaque année, un vivier d’un million de tonnes de PVB serait disponible pour le recyclage au niveau mondial.

Soupçonnant le potentiel de cette matière première recyclée, Interface a mis en place une toute nouvelle chaîne d’approvisionnement pour ses lignes de fabrication : les entreprises Carglass, acteur bien connu du remplacement de vitrages de véhicules, Maltha, un spécialiste hollandais du recyclage du verre, et le danois Shark Solutions, qui a développé le procédé permettant de transformer le PVB en pré-couche et avec qui Interface a signé un partenariat exclusif.

 

Objectif « zéro impact négatif sur l’environnement »

 

« La performance de nos produits dépend beaucoup de cette couche de latex de synthèse, or, notre obsession est de couper le cordon ombilical que l’on a avec le pétrole. Cette question était un véritable casse-tête, ce PVB recyclé est donc une véritable avancée pour nous », explique Laure Rondeau, responsable marketing et développement durable pour la zone Europe chez Interface.

C’est la collection de dalles de moquette « Scandinavian » qui fait office de test pour l’entreprise. Mais Interface souhaite étendre rapidement l’utilisation de PVB recyclé aux autres gammes de son catalogue, notamment les produits Microtuft d’ici la fin de l’année.

L’objectif, pour l’industriel, est d’atteindre un taux d’utilisation de matières premières recyclées ou biosourcées de 90% d’ici deux ans. Le groupe a en ligne de mire sa « Mission Zéro », dont le but est d’éliminer tout impact négatif de l’entreprise sur l’environnement d’ici à 2020.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X