Energie

Inauguration de la plus grande centrale photovoltaïque d’Europe à Cestas (Gironde)

Mots clés :

Démarche environnementale

-

Energie renouvelable

Ensoleillement et disponibilité foncière ont permis à Neoen d’implanter la plus grande et la plus puissante centrale photovoltaïque d’Europe. Trois chiffres résument son gigantisme: 260 hectares, un million de panneaux solaires et une production annuelle de 350 gigawatt-heure, l’équivalent de la consommation annuelle de la ville de Bordeaux.

Fondée et dirigée par des anciens de LD Com, Neoen marque son plus beau coup depuis sa création en 2008. La centrale de Constantin, basée à Cestas, au sud de Bordeaux, est la plus grande et la plus puissante centrale de production électrique photovoltaïque d’Europe. Elle a été inaugurée le 1er décembre par tous les acteurs du projet, dont Xavier Barbaro, P-DG de Neoen, et Alain Rousset, président de la région Aquitaine.

Avec une puissance de 300 MW (le tiers d’une tranche nucléaire de la centrale du Blayais), on attend une production annuelle de l’ordre de 350 gigawatt-heure, ce qui correspond à la consommation électrique de la population de Bordeaux (hors industriels). La surface occupée sur des terres d’origine agricole est de 260 hectares. Pas moins de 25 centrales de 12 MW sont connectées et opérationnelles depuis la fin novembre. C’est aussi un chantier record en terme de durée, puisque les travaux ont démarré en novembre 2014. Et d’investissement, qui s’élève à 350 millions d’euros.

Mais au-delà de l’équipement proprement dit, c’est toute une stratégie sur les énergies renouvelables que Neoen met en place à l’échelle nationale, avec de nombreuses percées à l’international.

 

Des anciens de LD COM

 

Qui est Neoen ? Neoen est une SAS au capital de 81 millions d’euros dont les actionnaires sont Impala, société française détenue par Jacques Veyrat (59,1% du capital de Neoen), l’ancien patron du groupe de négoce Louis-Dreyfus, et actionnaire de référence de Direct Energie. Autres actionnaires, le fonds Omnes Capital, dédié à la prise de participations directes dans des sociétés non cotées, qui détient 25,5% du capital de Neoen et Bpifrance, la banque publique d’investissement, qui détient 15,4% du capital de Neoen. Cette proximité avec Direct Energie, n’est pas un hasard: tous les dirigeants et fondateurs de Neoen sont des anciens de LD COM-Louis-Dreyfus Communication, étant devenu Neuf Cegetel, spécialiste des réseaux de télécommunications et, dans les années 90, l’un des principaux acteurs du plan câble, câblages haut débit et boucles numériques en France. A la tête, le P-DG Xavier Barbaro, X-Ponts, passe de LD COM à Louis-Dreyfus Commodities puis chez Direct Energie avant de fonder Neoen en 2008. Des profils similaires l’entourent, comme Paul-François Croisille, directeur général adjoint des opérations, X-Télécoms, passé de Uni2, filiale de France Télécom en Espagne à LD COM, puis chez Swisscom. Romain Desrousseaux, normalien, directeur général adjoint chargé de l’international, est passé chez LD COM puis Louis-Dreyfus Commodities, où il a notamment développé les opérations en Afrique et Moyen-Orient. Serge Stepanov, directeur financier, diplômé de l’Ecole des Mines de Paris, a notamment développé chez Louis-Dreyfus Commodities le développement en Amérique du Nord, puis chez Biosey au Brésil. Enfin, Anne de Cadaran, secrétaire générale, juriste de formation, a également fait sa carrière dans les télécoms et l’énergie: ministère de l’Industrie, BT France, LD COM, secrétaire générale de Direct Energie depuis 2007, elle a rejoint Neoen en 2013.

Neoen a déjà construit ou récupéré par ses acquisitions une dizaine de centrales photovoltaïques en France depuis 2009: quatre dans les Landes, deux en Bretagne, deux dans les Pyrénées, dont la couverture PV du Zénith de Pau, trois dans le sud-est (Gard, Drôme, Hérault). Neoen se développe aussi dans l’éolien depuis 2010, avec cinq parcs en France, et dans le secteur de la biomasse, avec une centrale dans l’Allier.

Dès le départ, l’entreprise se développe à l’international dans ses trois métiers du photovoltaïque, éolien et biomasse. Dès 2010, Neoen s’installe au Portugal, en Australie en 2012 -Neoen vient d’y remporter un nouvel appel d’offres éolien remporté à Camberra. En 2013, est livrée la première centrale biomasse, et l’entreprise s’exporte au Mexique, en Egypte, puis au Salvador en 2014. Elle a également acquis Poweo EnR (2011), qui lui a permis d’acquérir tous ses actifs photovoltaïques, ses projets biomasse et son portefeuille éolien en développement, terrestre et surtout offshore. Dernière acquisition en date, en janvier 2015, Neoen rachète Juwi EnR, filiale de l’opérateur allemand Juwi AG, l’un des acteurs historiques du développement de l’éolien et du photovoltaïque. Xavier Barbaro évoquait alors l’entrée du secteur des énergies renouvelables en France et en Europe «dans une phase de consolidation». Et de dessiner clairement la stratégie: «Neoen entend devenir l’un des principaux acteurs de cette consolidation. L’acquisition de Juwi EnR, l’un des pionniers du développement des énergies renouvelables en France va renforcer de manière importante la taille de notre portefeuille de projets et permettre à notre filiale GenSun de devenir l’un des leaders français de la construction et de l’opération de centrales photovoltaïques en France». Objectif: atteindre, en 2017, une puissance installée supérieure à 1000 MW.

 

Des contraintes réglementaires très françaises

 

Et pourtant, le projet de Cestas, porté par Neoen, n’est sorti de terre qu’après un tour de table d’actionnaires la législation française n’est pas aussi favorable. Le découpage en tranches et propriétaires distincts de la centrale de Cestas est lié aux contraintes réglementaires très françaises. Comme l’évoquait lors d’une visite du chantier en mai dernier Xavier Barbaro: «La loi nous oblige à garder 500 mètres de distance entre chaque centrale de 12 MW pour un même maître d’ouvrage. Nous aurions aimé être propriétaire du site à 100% mais cette contrainte nous en empêche. Nous avons été dans l’obligation de trouver huit co-actionnaires pour parachever l’ouvrage». Neoen qui a acheté les 260 hectares de foncier détient 40% de la centrale. Et gère l’ensemble des 25 centrales de 12 MW.

Côté construction, c’est le consortium Clemessy (mandataire), Schneider Electric avec l’allemand Krinner qui a remporté en novembre 2014 le contrat de conception, construction, opération et maintenance du plus grand parc solaire d’Europe. Pour un montant de 285 millions d’euros. RMT, filiale de Clemessy qui a réalisé les études, Eiffage Travaux publics les terrassements, Eiffage Energia les travaux de raccordement. Schneider Electric était chargé de sa spécialité: la chaîne de conversion électrique. Et l’allemand Krinner GmbH a mis en œuvre un système rodé de fondations à visser et le montage des panneaux photovoltaïques coulissants. Les panneaux produits en Chine ont été testés sur les lignes de production puis dans deux laboratoires externes et notamment le laboratoire français Certisolis. Chaque panneau dispose d’un code-barres pour permettre la traçabilité du processus de fabrication. Krinner a développé un système de fixation par vis sans béton, comme des pilotis métalliques positionnés par GPS et visée laser. Les châssis en aluminium et d’acier galvanisé permettent le montage -et le démontage- rapide, par rails coulissants des panneaux solaires, dont l’opérateur estime la durée de vie autour de cinquante ans. Les modules sont orientés est/ouest: « Nous perdons le pic de puissance de midi -10%- mais nous maintenons la courbe de production matin et soir. Nous avons priorisé la densité des modules sur le site avec un taux d’occupation de plus de 90% de l’espace. Avec 260 hectares couverts, ce parc photovoltaïque, le plus important d’Europe, est quatre fois plus puissant par hectare, que les autres parcs construits en France» précise le responsable du projet chez Clemessy, Patrick de la Brusse. Les travaux ont démarré dès la signature du contrat, en novembre 2014 et s’achèvent en moins de 12 mois. Un nouveau record dans le secteur. Au total, la centrale de Constantin aligne 25 tranches de 12 MWc, reliées par RTE au réseau à très haute tension. Les premiers kW ont été produits le mercredi 30 septembre à 11h. L’électricité produite à Cestas est achetée par EDF au prix de 105 euros le MW⋅h.

Des compensations environnementales ont été financées: préservation d’une zone naturelle de cinq hectares au cœur du site, réaménagement de 30 hectares de zones humides hors du site, reboisement de 260 hectares dans le département.

Ce projet conforte la région Aquitaine au premier rang de la production photovoltaïque, puisqu’elle accueille avec une puissance installée de 770 MW et une production de 777 Gwh en 2014. Il faudra désormais rajouter l’unité de Cestas, qui devrait faire franchir dès 2016 la barre du milliard que Gwh produit régionalement.

 

Focus

La centrale de Cestas en chiffres

Puissance totale: 300 MW, un tiers d’une tranche nucléaire du Blayais;

Production annuelle: 350 gigawatt-heure, soit la consommation de la ville de Bordeaux;

1 652 tables métalliques;

983 500 modules photovoltaïques de 305 Wc d’origine chinoise (Yingli, Trina Solar) et Canadian Solar;

16 542 tables métalliques supportant les modules;

204 000 vis de fondations;

3 700 km de câbles solaires;

680 km de câbles enterrés;

6 km de clôtures;

204 vis de fondation;

200 postes de transformation en courant alternatif de 33 kV;

24 km de pistes d’accès intérieures;

Un poste 225 kV dont 2 transformateurs 225 kV/33 kV de 140 MVA.

Investissement total: 350 millions d’euros dont 285 millions pour la centrale, 30 millions de coûts financiers, 20 millions de projet et foncier, et 10 millions pour le poste électrique RTE.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X