Réalisations

Inauguration de l’élégante restructuration du collège Cheverus au cœur de Bordeaux

Mots clés : Education - ERP sans hébergement - Etat et collectivités locales

L’établissement renommé du centre-ville de Bordeaux vient d’être restructuré et officiellement inauguré en présence des élus locaux et de l’Etat.

Les restructurations lourdes, en centre-ville, peuvent parfois réserver de bonnes surprises. C’est le cas de celle du collège Cheverus. Le département de la Gironde avait opté pour un marché de conception-réalisation et choisi le groupement qui associe Demathieu Bard et les architectes bordelais Latour-Salier. Le résultat de ce dialogue compétitif, «tendu sur les prix et exigeant sur la qualité» selon les acteurs, est une conception élégante qui s’insère dans l’ancien, en redonnant une unité à des espaces et matériaux modernes, priorisant l’usage, la lumière dans un îlot très contraint: l’îlot Sainte-Catherine, en pleine recomposition.

Pas moins de dix VIP se pressaient le 11 septembre en fin d’après midi autour du nouveau président du conseil départemental de la Gironde (maître d’ouvrage), Jean-Luc Gleyze, et Alain Juppé, maire de Bordeaux, dont Olivier Dugrip, recteur de l’Académie de Bordeaux, François Coux, directeur académique des services de l’Education nationale, Michèle Delaunay, députée de la Gironde, Alain Marois, vice-président du conseil départemental en charge des collèges et les élus du canton, Matthieu Rouveyre et Clara Azévédo.

Premier challenge: redonner une unité à un collège de 500 élèves éclaté en plusieurs sites adjacents, mais clairement séparés et assurer un chantier en hypercentre-ville en limitant les nuisances. C’est pourquoi le département a confié simultanément la conception et la réalisation à un groupement d’opérateurs. Après concertation, un lourd cahier des charges pour la protection du patrimoine -notamment pour la conservation et la remise en valeur d’un escalier en pierre du XVIIe siècle- le permis a été obtenu en octobre 2013, les travaux ont démarré en février 2014 et le chantier s’est achevé le 17 mars dernier (voir «Le Moniteur» n°5807 du 13 mars 2015, p.94). Les élèves ont réintégré le collège après les vacances de Pâques.

L’inauguration coïncide aussi avec l’achèvement de l’opération Promenade Sainte-Catherine, de Redevco avec Valode & Pistre qui sera inaugurée le 8 octobre prochain, avec qui elle partage son entrée sur la nouvelle place Jacques-Lemoine, au cœur du nouvel îlot (voir «Le Moniteur» n°5799 du 16 janvier 2015, p.86).

 

Intégration réussie de l’ancien et du moderne

 

Second défi: comment intégrer une restructuration et des constructions neuves HQE dans un environnement historique, bâti au XVIIIe siècle ? L’architecte Denis Latour explique le travail du groupement: «nous avons conservé les façades existantes en pierre, réparé les toitures en tuiles canal neuves vieillies, mais nous avons opéré une recouture contemporaine, traitée comme une loggia (alliant bois, pierre et verre) entre deux bâtiments existants sur la rue Guiraude et traité l’entrée sur la place Lemoine de manière contemporaine. Une passerelle assure la liaison entre les deux bâtiments principaux, au-dessus de la rue Cheverus, une exigence de sécurité pour les trajets des collégiens vers la cantine. Pour l’intégrer dans le site, nous l’avons traité en allégeant au mieux l’ossature métallique, et utilisé un verre type diamant auto-lavant en paroi et couverture». Les cheminements, salles de classes, nouvel espace de restauration avec véranda, deux cours intérieures avec préau, salles de réunions sont traités avec finesse et rigueur, la lumière naturelle étant utilisée au mieux. Une large place est accordée au bois, en charpente, façade et en structure sur le bâtiment liaison.

L’existant est ainsi remis aux normes d’efficacité énergétique: «l’escalier historique existant est ravalé, réparé et mis en valeur, les existants sur rues également ravalés; les menuiseries sont en bois double vitrage côté rue, en aluminium côté cour avec rupteurs de ponts thermiques» explique Guillaume Tournade, chef de projet au conseil départemental.

Les cibles vertes ne sont pas oubliées, en cohérence avec l’agenda 21: recours au bois local (pin des Landes autoclave), consommations d’eau et d’énergie optimisée, traitement des déchets, récupération des eaux pluviales, végétalisation de murs mitoyens, etc. Un bail vert a été signé lors de l’inauguration entre collège et département pour matérialiser la volonté de minimiser l’empreinte écologique du collège. Le montant global de la restructuration (12,4 millions d’euros TTC pour les travaux) est financé intégralement par le département. Le chantier comportait également une clause sociale, avec 4500 heures d’insertion.

 

Chiffres-clés

12,9 M€ TTC: montant total (études, mobilier, travaux);

12 354 680 € TTC: montant global des travaux (hors mobilier);

Le financement de cette opération est assuré en totalité par le conseil départemental de la Gironde.

500 élèves: capacité d’accueil;

5 700 m2 Shob;

4 500 m2 Shon;

14 salles d’enseignement général, deux salles de technologie, une salle d’arts plastiques, une salle de musique, une salle d’informatique, une salle de classe Ulis, trois salles de sciences, un centre de documentation et d’information, des locaux administratifs, des cuisines et salle de restauration, des locaux de maintenance, trois logements de fonction

3 mois de conception et 13 mois de travaux (de février 2014 à mars 2015).

 

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage: conseil départemental de la Gironde, pôle «Maîtrise d’ouvrage collèges», Guillaume Tournade, chef de projets de la direction des collèges;

AMO: Oxebo Architecture (mandataire), Indiggo (BET développement durable), CP3E (BET fluides), Dubernard Eco (BET économie de la construction), Etba (BET structure), Bureau de contrôle: Dekra;

CSPS: Forseco.

Groupement de conception-réalisation:

– Demathieu & Bard (entreprise générale à Bordeaux et mandataire du groupement conception-réalisation);

– Agence Latour Salier, architecte cotraitant

– Architecture et Patrimoine, consultant cotraitant (patrimoine historique);

– Beterem – renommé TPFI (BET généraliste cotraitant), Elan (BET développement durable), Ginger (BET géotechnique), Gamba Acoustique (BET acoustique) et Gamma conception (BET cuisine), BET cotraitants;

– TMH (ravalement et taille de pierre), société cotraitante;

Aux côtés du groupement conception réalisation, plus d’une trentaine d’entreprises, quasiment toutes originaires du département de la Gironde, ont été amenées à intervenir sur le site au titre des travaux.

Les sous-traitants intervenants sur le chantier, pour une somme supérieure à 4 millions d’euros hors taxes, sont les suivants: Dilmex, MCA 24, EPR, Etandex, Beterem, BPI, SML, Sasu Lakrissi, Gamma Genie Civil, TNA Aquitaine, Temsol, Clabe SOL, Progclim, Minos, Fauche, Techni Cuisine, ETS Guibert, Technis, SARL Juste, Vignolles, Entreprise TTC – Gama Termites, Caredas, Eurochap, Franck Bordes, CBM, Aquitaine Construction, Eurointes, Lucas Poses, Ascensud 2000, MR Enduits, Face Aquitaine, Pierre Dauga, Concept MS, RBGC, Rolling Stores.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X