Transport et infrastructures

Impulse Partners lance un accélérateur de start-up sur les infrastructures

Mots clés : Lieux de travail

Un nouveau lab complète la galaxie d’Impulse Partners. Ce 7e accélérateur de start-up doit permettre de trouver des solutions alternatives dans les domaines des infrastructures et de la mobilité.

 

Depuis trois ans, Impulse Partners a développé plusieurs accélérateurs de start-up, les Impulse Labs, dans les domaines de l’immobilier et du BTP. Le but : mettre en relation des grands comptes du secteur et des start-up innovantes. La semaine dernière, un 7e lab a été lancé pour répondre aux problématiques des infrastructures et des nouveaux usages en mobilité.

« Certains de nos partenaires jugeaient pertinent de développer cette thématique. Nous avons donc regardé si cet intérêt était partagé et s’il y avait de la matière du côté des start-up », explique Thomas Le Diouron, fondateur d’Impulse Labs et qui travaille depuis six mois sur ce lancement. Et la surprise a été bonne : « nous avons trouvé beaucoup d’innovations autour des infrastructures et notamment en lien avec la data et le digital », complète-t-il.

 

Rendre les infrastructures intelligentes

L’idée n’était pas de créer un incubateur sur « la mobilité pure », car il en existe déjà, mais plutôt de réfléchir aux interactions possibles avec les infrastructures. « Ce qui pose des questions sur la façon de les concevoir, de les gérer, de les dimensionner, estime Thomas Le Diouron. Tout l’enjeu est d’ajouter de la valeur sur les infrastructures, de voir jusqu’à quel point on peut les rendre intelligentes pour communiquer avec des véhicules qui seront de plus en plus autonomes. »

Une première session de pitch a eu lieu la semaine dernière. Sur une trentaine de dossiers reçus, 8 start-up ont été sélectionnées (1). Parmi elles, la start-up Kawantech propose une solution qui permet aux lampadaires d’adapter la luminosité en fonction du mouvement, un capteur intelligent déterminant s’il s’agit d’un homme, d’un animal, d’un véhicule. « Cette technologie consomme peu d’énergie, engendre des économies, et a été validée par les principaux industriels du secteur », commente Thomas Le Diouron. Le projet est donc déjà mature dans ce cas.

Pas besoin que l’innovation soit à un stade aussi avancé pour intégrer l’accélérateur. En revanche, il faut qu’elle « fonctionne techniquement, elle ne peut pas être au stade de concept sur papier. Nous n’assumons pas le risque technologique, nous voulons présenter des solutions qui fonctionnent à des acteurs qui cherchent de l’innovation».

 

Apporter du business qualifié

Car le rôle d’Impulse Labs est d’apporter « du business qualifié » et de faire gagner du temps aux start-up dans leur développement commercial. « Nous connaissons nos clients, nous savons quels sujets peuvent les intéresser et à qui nous adresser. » Cet accompagnement et la mise en relation avec les entreprises partenaires permet aussi aux start-up de constituer rapidement un premier chiffre d’affaires, d’avoir des références solides pour ensuite chercher des investisseurs.

C’est aussi un gain de temps pour les entreprises partenaires, qui se voient proposer des innovations adaptées à leur volonté de développement et profitent du dynamisme et de la souplesse des start-up. « Cela pousse également à repenser le modèle économique des infrastructures », avance le fondateur d’Impulse Labs. Par ailleurs, certains « spin-off » des grands comptes bénéficient aussi de l’accompagnement de ses accélérateurs, ce qui leur permet de développer des idées dans un environnement plus agile.

Pour ce nouvel accélérateur, comme pour les autres, Thomas Le Diouron souhaite organiser 4 sessions de sélection par an. Objectif en 2017 : constituer un pool d’une vingtaine de start-up sur la question des mobilités et des infrastructures.

 

(1) Les 8 start-up sélectionnées sont : BMPC (innovations dans les transports) ; OuiHop’ (application d’auto-stop urbain) ; TravelCar (autopartage et services dans les aéroports, gares…) ; Kawantech (module électronique sur lampadaires) ; City Locker (consigne à bagages urbaine automatisée) ; WayzUp (application de covoiturage domicile-travail) ; Qucit (collecte de données urbaines) ; WeNow (solutions connectées pour une éco-conduite).

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X