Réalisations

Impregilo va réaliser le plus grand pont suspendu au monde

Le pont sur le détroit de Messine, un ouvrage pharaonique d’un coût d’environ 6 milliards d’euros entre la Sicile et la péninsule, sera construit par un consortium dirigé par le groupe italien Impregilo, mais des doutes sont émis sur son utilité.

Groupe dirigée par Cesare Romiti, Impregilo est spécialisé dans les grands travaux d’infrastructures. Il a emporté mercredi l’appel d’offre pour être le maître d’oeuvre du chantier avec un devis de 3,9 milliards d’euros, a annoncé la société Stretto di Messina (Détroit de Messine), concessionnaire de la réalisation de ce pont.
Son consortium comprend la société espagnole de BTP Sacyr Vallehermoso et le japonais IHI. Le groupe français Vinci s’est en revanche retiré du projet. Les deux autres candidats étaient les groupes italien Astaldi et allemand Strabag.
Le chantier devrait débuter fin 2005 et une fois terminé, en principe fin 2011, l’ouvrage sera le plus grand pont suspendu au monde avec une portée centrale de 3.360 mètres, à 64 mètres au dessus de la mer, pour une longueur totale de 3.690 mètres.
La réalisation de ce pont est une des promesses électorales du candidat Berlusconi lors des élections législatives de 2001.
Mais le projet est critiqué par les défenseurs de l’environnement qui ont confirmé mercredi leur intention de « continuer la bataille pour empêcher sa réalisation ».
« Ce sera une réalisation inutile, car les vrais priorités sont autres en Sicile, où les trains circulent à 24 km/h et où il faut six heures pour aller de Syracuse à Palerme, soit 260 km », a affirmé Roberto Della Seta, président de l’organisation Legambiente.
Défenseur du projet, Pietro Ciucci, administrateur délégué de la société Stretto di Messina, assure que tout a été pensé lors de la conception du projet.
« Le pont a été conçu pour résister à des séismes de plus de 7 degrés de magnitude sur l’échelle ouverte de Richter et à des vents dépassant les 200 km/h », a-t-il expliqué.
« Nous avons effectué également des simulations d’attaques terroristes. Si un avion ou un missile touchait une des tours portantes, il ne se produirait rien. Il faudrait l’équivalent d’un camion poids-lourd chargé d’explosifs pour détruire une de ces tours et l’ensemble de l’ouvrage sera surveillé minute par minute à l’aide de satellites », a-t-il ajouté.

Pour éviter des infiltrations mafieuses lors des travaux, toutes les forces de l’ordre italiennes seront impliquées dans les contrôles et la police financière s’occupera de la sécurité des chantiers, a-t-il assuré.
Tous les chiffres concernant le pont relèvent de la prouesse : les quatre câbles d’acier principaux auront un diamètre de 132 cm, les deux tours supportant la portée centrale seront hautes de 380 mètres, le pont sera large de 61 mètres avec huit voies routières (dont deux pour la sécurité) séparées par deux voies ferroviaires.
Les fondations des deux tours descendront à environ 55 mètres sous la terre de Sicile et de Calabre, tandis que le poids des seuls câbles d’acier atteindra 166.000 tonnes.
Selon les études, le pont devrait dégager « de légers bénéfices dès 2012 », année d’ouverture au trafic. Sa capacité est de 6.000 véhicules à l’heure et de 60 trains par jours.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X