Matériaux et équipements

Impact des ouvrants sur la performance énergétique des bâtiments : étude exclusive

L’Institut National de l’Energie Solaire, dans le cadre d’un partenariat avec le fabricant d’ouvrants Millet, vient de réaliser une étude de l’impact des parois vitrées sur le comportement énergétique du bâtiment. Présentation en images des conclusions.

Simulations réalisées par le Laboratoire d’Energétique du Bâtiment, du CEA, au sein de l’Institut National de l’Energie Solaire (INES), au Bourget du Lac.

Chef de Projet : Olivier Fléchon

Ingénieurs : Cathy Barthélémy et Jérome Deshayes

Outils : simulations thermiques dynamiques réalisées avec Energy+, logiciel développé par le Lawrence Berkeley Laboratory.

Méthode : analyse de l’impact des critères suivants sur la consommation conventionnelle en énergie primaire Cep calculée au sens de la RT2005, à savoir :
– chauffage
– climatisation
– éclairage
– auxiliaires, ventilation
– production d’eau chaude sanitaire

Critères génériques :
– localisation du bâtiment : Strasbourg, Bordeaux, Nice
– usage : résidentiel, tertiaire
– performance du bâti :bâtiment construit avant 1975, bâtiment construit aux normes RT2005, bâtiment BBC faible inertie (ossature bois), bâtiment BBC forte inertie (béton + ITE)

Critères architecturaux :
– taille des parois vitrées : selon ratio TH-CE, surface doublée ou divisée par deux
– orientation de la paroi vitrée : N, S, E, O
– possibilité d’occultation (volet roulant, brise soleil, casquette)

Critères intrinsèques à la menuiserie :
– nombre de verres : 1,2 ou 3
– position de la couche faible émissivité : face 2 (intérieur du verre extérieur) ou 3 (extérieur du verre intérieur)
– nature du cadre : bois, PVC, aluminium
– qualité de la pose : classe 1, 2, 3 ou 4 (classe fictive)

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Ingénieur thermique

    Cette étude perd beaucoup de son intérêt car on ne donne pas les hypothèses de départ sur les performances techniques des vitrages : coefficients Ug, Uw, Uf pour l’ALU, le Bois, le PVC ? Sans cela on ne peut pas en tirer de conclusion. On peut faire dire ce qu’on veut à une étude en manipulant astucieusement les hypothèses de départ.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X