Logement

Immeubles à vivre en bois : l’Appel à manifestation d’intérêt est lancé

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, et la ministre du Logement et de l’Habitat durable Emmanuelle Cosse, ont lancé mardi 7 juin en présence des acteurs de la filière bois réunis au Pavillon de l’Arsenal à Paris, l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) Adivbois pour identifier des sites qui seront dédiés à la construction d’immeubles d’habitation en bois.

Stéphane Le Foll aime les slogans. Son dernier en date, lancé aux professionnels de la filière bois réunis mardi 7 juin au pavillon de l’Arsenal à Paris pour le lancement officiel de l’Appel à manifestation d’intérêt « Sites pilotes pour des immeubles à vivre en bois », fera certainement moins parler que son désormais célèbre « Hé oh la gauche ! » Mais avec  son : « un mètre cube de bois c’est une tonne de CO2 stockée », qu’il a d’ailleurs invité la salle à reprendre en choeur, le ministre de l’Agriculture a synthétisé toutes les problématiques politiques, économiques et sociales auxquelles sera amenée à répondre dans le futur la construction bois.

Une réponse environnementale donc, alors que l’accord de Paris issu de la COP 21 et la loi de transition énergétique ont engagé la France dans une réduction de l’émission de ses gaz à effet de serre  (- 40 %  en 2030 par rapport à 1990) et de la consommation de ses énergies fossiles ( -30 % par rapport à 2012).

Une réponse économique ensuite – et c’était sans doute l’objectif premier du Plan Industrie du Bois de la Nouvelle France industrielle devenu par la suite une des 9 « Solutions pour la Ville durable » du plan « Industries du Futur », dont cet AMI découle directement. Promouvoir la construction bois, c’est trouver un débouché majeur à la ressource forestière française pourtant conséquente (15,7 M ha en métropole) mais sous-exploitée. Ainsi les 103 M de m3 disponibles par an ne représentent que 60 % de l’exploitation de ce patrimoine forestier. Et ce débouché, c’est l’assurance du développement de l’appareil industriel et de créations d’emplois : l’association Adivbois, qui fédère tous les acteurs qui concourrent au Plan, les estime à 60.000.

Une réponse sociale enfin pour répondre aux défis proposés par l’accroissement de la population urbaine (on estime qu’en 2050, 66% de la population mondiale sera urbaine, soit un accroissement de 2,5 Md de nouveaux urbains) en apportant une solution rapide et efficace de densification par la hauteur.

 

Démonstrateurs

 

Car les territoires sélectionnés à l’issue de cet AMI (date limite de dépôt des dossiers : 9 septembre 2016)  devront présenter à la fois un site disponible et un programme d’aménagement comportant des immeubles « démonstrateurs »  de moyenne ou grande hauteur, de 10 niveaux et plus. Et l’objectif est, à l’horizon 2030, d’ériger des immeubles de 30 étages ou plus.

Ces sites devront être portés par des collectivités (des villes et leurs aménageurs par exemple et/ou des propriétaires fonciers) et Franck Mathis, président d’Adivbois en espère « au moins une par région ». Les villes de Paris, Saint-Etienne, Marne-la-Vallée et Le Mans ont d’ores et déjà annoncé leur candidature. Le promoteur REI, porteur du projet Baobab (un immeube en bois de 30 étages) déjà retenu dans le cadre de « Réinventer Paris », a également annoncé son intention de se lancer dans l’aventure.

Ces territoires et leurs projets architecturaux pour lesquels un concours en conception-réalisation sera organisé par le Plan urbanisme construction architecture (Puca) en décembre 2016 bénéficieront de l’accompagnement du Puca justement. Les sept commissions de travail d’Adivbois (Technique / Architecture-Design-Marketing / Environnement et ressource/Labellisation / Communication / Concours / Projets et Territoires) œuvrent déjà pour établir les éléments du cahier des charges du concours.

La désignation des lauréats est prévue en juin 2017, et le démarrage des premiers chantiers en 2018.

 

 

 

 

Focus

Un AMI peut en cacher un autre

Lors du lancement de l’Appel à manifestation d’intérêt « Immeubles à vivre en bois », 5 lauréats d’un autre AMI concernant le bois, l’AMI « Feuillus », ont été désignés et ont signé la convention d’aide au financement avec les ministères de l’Agriculture et du Logement.

Les cinq lauréats sont :

Tanguy matériaux et Abibois (Bretagne) : pour leur concept de CLT (lamellé croisé) mixte feuillu/résineux ;

Limousin Bois Abouté Feuillus : pour son concept de revêtement chêne rouge et chataigner ;

Bois Croisés de Bourgogne : concept de CLT en chêne ;

Leko : pour ses parois en planche de hêtre des vosges assemblées ;

SARL Baulain : pour son concept de fenêtres innovantes en chêne pour la rénovation des bâtiments anciens.

Emmanuelle Cosse a annoncé qu’elle réfléchissait avec Ségolène Royal à l’opportunité de lancer prochainement un 2e AMI « Feuillu ».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X