Bâtiment

Il y a 15 ans … « Les premiers bâtiments HQE en France » (13/14)

À quoi pensait le BTP il y a 15 ans ? Du 8 au 26 août, Le Moniteur.fr vous propose de retourner en 1996 et de (re)découvrir ce qui faisait alors l’actualité du secteur. Où l’on mesure les progrès réalisés et ceux qui restent à faire. Aujourd’hui, épisode 13/14, « Le premier bâtiment HQE en France ».

En juillet 1996, le chantier de reconstruction du lycée Maximilien-Perret (photo) à Alfortville (Val-de-Marne) était sur les rails. Un édifice de 26 000 m² qui a l’honneur d’être l’un des tout premiers bâtiments à haute qualité environnementale (HQE) conçus en France. À l’origine de ce qui n’est, à l’époque, qu’une « expérimentation sur le thème de la qualité environnementale », on trouve l’agence régionale de l’environnement et des nouvelles énergies (Arene) et la direction départementale de l’équipement (DDE 94). « L’axe principal d’amélioration de la qualité environnementale du bâtiment porte sur la qualité de l’air intérieur », comme l’expliquait François Sagot du « Moniteur ». Pour améliorer celle-ci, une ventilation mécanique de type double flux a été mise en place, ainsi que des sondes qui adaptent l’intensité du débit d’air au niveau de pollution enregistré. Second axe : un chauffage assuré par énergie géothermique et une bonne isolation thermique.

Un autre défi de l’édification de ce lycée tenait au fait de diminuer les nuisances provoquées par le chantier lui-même vis-à-vis des riverains et des ouvriers. « L’ensemble du personnel a été sensibilisé à la nature du chantier par l’intermédiaire d’un livret d’accueil (…). De plus, une formation a été dispensée. » Les nuisances sonores ont également été limitées par l’utilisation d’appareils moins bruyants et le port de protections individuelles par les ouvriers. « Sur le chantier, des zones de stockage ont été délimitées avec des panneaux afin de permettre un tri sélectif des déchets grâce à six bennes : ferraille, matériaux légers, matériaux inertes, béton propre, carton, bois. » Le surcoût lié à l’environnement, dans ce chantier de dix mois, a été évalué à 3 %.

Alors que ces différentes problématiques écologiques gagnaient en importance, le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) et le Plan construction et architecture (PCA) menaient de leur côté plusieurs expérimentations de constructions en haute qualité environnementale (HQE). Il s’agissait alors de « valider des hypothèses et capitaliser des résultats » en matière d’économie d’énergie, de gestion de l’eau potable ou de maîtrise des pollutions. Mais aussi d’évaluer l’ampleur d’un possible « surcoût » environnemental qui, selon Olivier Piron, secrétaire permanent du PCA à l’époque, n’existe pas. Le débat est toujours ouvert…

Prochain épisode du feuilleton « Il y a 15 ans » : « L’édification du stade de France »

Et le reste du feuilleton :

Il y a 15 ans… »Viaduc de Millau, la victoire de Norman Foster » (1/14)

Il y a 15 ans… »Les marchés publics suspectés de favoritisme » (2/14)

Il y a 15 ans … « La certification des entreprises prend son envol » (3/14)

Il y a 15 ans … « Vers une réforme du Code des marchés publics » (4/14)

Il y a 15 ans … « Baisse des prix du m² dans l’immobilier parisien » (5/14)

Il y a 15 ans … « Les premiers pas du BTP dans l’Internet » (6/14)

Il y a 15 ans … « Mise en sécurité du site de Tchernobyl » (7/14)

Il y a 15 ans … « Peut-on diriger une entreprise sans enfreindre la loi ? » (8/14)

Il y a 15 ans … « L’offensive bois dans l’habitat » (9/14)

Il y a 15 ans … « Le BTP milite pour la TVA à 5,5 % sur l’entretien-rénovation » (10/14)

Il y a 15 ans … « Que faire des déchets de chantier ? » (11/14)

Il y a 15 ans … « Le canal Seine-Nord prend forme » (12/14)

Il y a 15 ans … «L’édification du stade de France» (14/14)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X