Entreprises de BTP

Icade envisage d’entrer en Bourse

La filiale immobilière de la Caisse des dépôts (CDC) pourrait faire son entrée à la Bourse de Paris au printemps 2006 afin de réaliser des opérations de croissance externe, a indiqué lundi Francis Mayer, directeur général de la Caisse des dépôts, dans un entretien aux Echos.

Icade « a des opportunités concrètes de croissance en France et en Europe. Nous pensons qu’une cotation prochaine en Bourse facilitera ce mouvement et renforcera la mobilisation de ses équipes », explique M. Mayer.
« Bien entendu, la Caisse des dépôts en restera l’actionnaire largement majoritaire. Une telle opération pourrait se réaliser au printemps 2006 », ajoute-t-il.
Selon lui, « le moment est venu de permettre à Icade de devenir l’un des grands acteurs du secteur immobilier en Europe: son activité connaît une croissance régulière et ses résultats sont en progression sensible ».

Au sujet du rapprochement entre sa filiale VVF Vacances et le groupement Finama (Acto)/Odalys, M. Mayer indique qu’un protocole d’accord « devrait être signé dans les prochaines semaines ».
Le 21 juillet, la Caisse a annoncé des négociations « privilégiées » avec le groupement Finama (Acto)/Odalys dans le cadre du projet d’ouverture du capital de VVF.

En ce qui concerne la récente baisse du taux de rémunération du Livret A à 2%, contre 2,25% auparavant, le directeur général de la Caisse des dépôts souhaite que toute baisse « soit répercutée intégralement sur les conditions des prêts accordés à l’ensemble des organismes HLM, de manière à ce qu’elle profite pleinement au logement social ».
La Caisse des dépôts centralise les fonds collectés sur le Livret A par les Caisses d’Epargne et La Poste. Ils servent à financer le logement social.
M. Mayer plaide pour un maintien de la centralisation de ces fonds par la Caisse des dépôts, même en cas de banalisation du Livret A qui pourrait être distribué par d’autres établissements que les deux actuels.
« Veillons à ce qu’une éventuelle réforme ne déstabilise pas frontalement un système de financement qui a ses avantages, particulièrement dans la période actuelle, cruciale pour la construction de logements sociaux », confie-t-il.
« En toute hypothèse, la centralisation par la Caisse des dépôts doit rester un élément fondamental, car elle seule est de nature à garantir une péréquation et un financement non discriminatoire de l’ensemble des organismes HLM », ajoute-t-il.

Il précise par ailleurs que des « réflexions sont en cours entre le gouvernement et la Caisse des dépôts sur les moyens d’améliorer les conditions de financement du logement social ».
Plusieurs « pistes » sont à l’étude, énumère-t-il: réduire le taux des prêts, allonger leur durée, assouplir et mieux cibler les dispositifs de garantie, libérer et rendre disponibles des emprises foncières et des terrains à bâtir.

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X