Aménagement

IBA dévoile ses projets pour aménager l’agglomération transfrontalière de Bâle

Mots clés : Etat et collectivités locales

Processus original de production urbanistique et paysagère, IBA exposera à partir du 17 septembre les projets retenus pour contribuer à la transformation du territoire partagé entre Suisse, France et Allemagne autour de Bâle, par-delà le Rhin.

Ceux, nombreux, qui se demandent à quoi rime « IBA Basel 2020 » n’ont plus que quelques semaines à patienter. L’exposition qui s’ouvre le 17 septembre pour deux mois dans la ville suisse dévoilera les contours plus concrets des projets retenus dans le cadre de ce processus original d’aménagement du territoire, né en Allemagne il y un siècle sous le nom d’Internationale Bau-Ausstellung (IBA).

La manifestation marquera la deuxième étape intermédiaire de l’IBA bâloise. Démarré en 2010, le programme a débouché sur une première sélection en 2013 à partir de 130 candidatures. Aujourd’hui, 32 projets restent dans la course, ils ont vocation à se peaufiner pour aboutir à une grande présentation finale en 2020.

Selon le cas, ces dossiers ont été « pré-nominés », « nominés » ou déjà labellisés définitivement par le comité scientifique comprenant des urbanistes, architectes et universitaires de niveau international. Au regard de six familles de critères relatifs à la faisabilité, à l’ambition de développement durable, la qualité de conception ou encore la capacité à créer des « lieux partagés », le groupe d’experts les a jugés dignes de prétendre contribuer à l’émergence d’une agglomération trinationale autour de la métropole helvétique. En effet, cette première édition d’IBA délocalisée hors de son pays d’origine présente aussi la particularité de dépasser les limites administratives entre Suisse, Allemagne et France pour recréer les traits d’union naturels du territoire transfrontalier autour de Bâle.

 

Regroupement de projets


Les projets se répartissent de manière équitable entre les trois thématiques : « Vivre ensemble », « Mobilités » et « Paysages ». Le premier de ces chapitres concentre les deux sujets majeurs. D’une part, le projet 3Land programme l’urbanisation de 82 hectares sur 20 ans de façon simultanée et coordonnée de part et d’autre du Rhin entre Bâle, sa voisine allemande Weil-am-Rhein sur la même rive et l’alsacienne Huningue de l’autre côté. Son plan-guide produit par l’agence LIN au printemps 2015 est en train d’être affiné. D’autre part, le tramway de Bâle va se prolonger en France à Saint-Louis, les travaux battent leur plein pour l’entrée en service en service fin 2017.

« Dans plusieurs cas, des dossiers individuels sur un même sujet se sont fédérés sous la forme d’un groupe de projets, ce qui leur donne plus de visibilité et les amène à rechercher une cohérence d’ensemble », souligne Guirec Gicquel, chef de projet à IBA Basel. Ainsi, « Gares actives » réunit désormais 14 communes des trois pays autour d’objectifs communs de signalétique, de multimodalité, et plus généralement de transformation des gares en lieux de vie pour gagner une identité commune qui puisse donner le sentiment de voyager dans un même territoire rhénan faisant fi des frontières. Chaque commune conduit ensuite son propre programme opérationnel, à l’exemple de plusieurs villes de la rive allemande qui ont lancé des concours d’aménagement.

De même, dans la thématique des paysages, « Rives du Rhin » est parti de six projets isolés mais comparables de valorisation de berges, il s’étend aujourd’hui à une vingtaine de sites, auxquels un plan-guide apportera une stratégie globale. La structure porteuse d’IBA désignera début 2017 le rédacteur de ce document-cadre.

 

En quête d’appropriation

 

Conformément à la philosophie IBA, les projets ambitionnent leur appropriation, par les maîtres d’ouvrage pour aboutir à leur concrétisation, mais aussi par le grand public à travers une série d’animations, de débats, d’événements pas uniquement réservés aux professionnels. Les porteurs de la manifestation, à ce titre, ont trouvé aux trois lettres du sigle allemand une déclinaison française qui restitue bien l’objectif : Innover pour Bâtir l’Avenir.

L’exposition à venir fait appel aux dernières technologies pour aider le citoyen à imaginer comment chaque projet modifiera le paysage de l’agglomération trinationale. En parallèle, des totems seront implantés sur les lieux mêmes, histoire de bien matérialiser qu’IBA Basel sort du flou.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X