Immobilier

HLM : ouverture d’un congrès sous haute tension

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Electricité - Gouvernement - Logement social - Produits et matériaux

Les organismes HLM se retrouvent à Montpellier du 22 au 24 septembre pour plancher sur la thématique des « transitions ». La réflexion des professionnels devrait toutefois être monopolisée par leurs inquiétudes relatives à la suppression des aides à la pierre financées par l’Etat. A moins que le travail de négociation de la ministre du Logement Sylvia Pinel et la venue du président de la République François Hollande jeudi 24, n’apaisent les esprits.

C’est un congrès HLM sous haute tension qui s’ouvre mardi 22 septembre à Montpellier. Durant trois jours, les professionnels du logement social sont invités à plancher sur « la question des transitions, c’est-à-dire, la transition climatique, de la société française vers la pauvreté, de la fracture territoriale, de la transition des métiers, des logements sociaux jugés trop chers et de la rareté des moyens octroyés par la puissance publique », énumère Frédéric Paul, directeur général de l’Union sociale pour l’Habitat (USH) qui organise l’événement. C’est d’ailleurs la dernière thématique, celle sur les aides à la pierre, qui focalise toutes les inquiétudes.

 

Une taxe pour financer les aides à la pierre ?

 

Rappelons qu’à la fin du mois de juillet, Bercy et le ministère du Logement ont annoncé la création d’un fonds national des aides à la pierre. Depuis, les organismes HLM craignent que l’Etat se désengage du financement de ces subventions. Le gouvernement a beau envoyer des messages d’apaisement, les bailleurs sociaux semblent persuadés que l’Etat souhaite remplacer les 400 millions d’euros de subventions octroyées chaque année par la mise en place d’une vieille idée : la contribution sur les revenus locatifs (CRL) d’environ 2%. Cette taxe imposerait les revenus locatifs perçus par les bailleurs sociaux. Ces montants seraient gérés par le nouveau fonds annoncé par Bercy et le ministère du Logement. « Cette taxe ferait augmenter les loyers, surtout dans les zones détendues touchées par une forte vacance locative, s’inquiète Frédéric Paul. Dans ces territoires, les organismes n’ont pas de marge de manœuvre financière. » Ils seraient donc contraints de répercuter cette taxe sur les loyers.

Pour déminer le dossier, Sylvia Pinel, ministre du Logement, ouvre le congrès mardi 22 septembre et rencontre Jean-Louis Dumont, président de l’USH, lors d’un déjeuner de travail organisé le même jour. La ministre accompagnera également François Hollande, qui clôturera le congrès HLM jeudi 24 septembre en fin de matinée. La présence du président de la République fait suite à la venue du Premier ministre Manuel Valls lors du congrès HLM de septembre 2014. Depuis François Mitterrand, aucun président de la République ne s’était rendu à cet événement.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X