Logement

HLM : 20 000 logements bloqués

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Elections - Etat et collectivités locales - Gestion et opérations immobilières - Logement social - Marché de l'immobilier

A la suite des élections municipales de mars dernier, certains maires ont arrêté les opérations immobilières sociales. Au total, 400 chantiers sont bloqués selon l’Union Sociale pour l’Habitat qui évalue à 20 000 le nombre de logements concernés.

A trois semaines du Congrès de l’Union Sociale pour l’Habitat qui aura lieu à Lyon du 23 au 25 septembre, les pensées de Jean-Louis Dumont, président de l’USH, vont directement à l’endroit des maires. « Je lance un appel solennel aux élus, aux maires en particulier, pour que les opérateurs HLM puissent remplir leur mission et atteindre leurs objectifs ». Car selon une enquête menée par l’USH auprès de ses organismes et arrêtée en août 2014, 400 opérations immobilières sont bloquées en France depuis les élections municipales, ce qui représente 20 000 logements sociaux. «Nous avons seulement relevé les opérations qui rencontraient des blocages allant au-delà des difficultés normales, explique le député (PS) de la Meuse (55). Ces freins sont principalement dus à des raisons politiques. »


Quatre régions concentrent 60% des blocages


Dans le détail, la majorité des logements bloqués (12 000) se situent dans quatre régions : l’Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) et Rhône-Alpes. Rien qu’en Ile-de-France, la fédération évalue le nombre de logements arrêtés à 8 000, contre 1 800 dans le Nord-Pas-de-Calais, et « un peu plus de 1 000 » en Paca et en Rhône-Alpes. Par ailleurs, 30% des opérations lancées en Vefa (vente en état futur d’achèvement) sont stoppées en France. En Ile-de-France, le taux grimpe à 40%.


« L’attitude des maires hostiles au logement en général a un impact plus important que le seul nombre d’opérations bloquées, signale Frédéric Paul, directeur général de l’USH. Il suffit d’une dizaine de chantiers arêtés pour que, par multiplication mentale, naisse un phénomène de recul chez les autres édiles. » Pour enrayer ce phénomène et inciter les élus à bâtir, l’USH pense faire de la pédagogie « de façon à débloquer les situations localement », précise Marianne Louis, secrétaire générale de l’organisation.

 


Le blocage des maires plus important à la suite des élections de 2014 que de 2008

 


Selon l’USH, le blocage perçu à la suite des élections municipales de 2014 demeure plus important que celui enregistré lors de l’élection municipale de 2008. « Cette tendance est liée à des raisons de fonds, explique Frédéric Paul. D’une manière générale, on supporte de moins en moins l’autre, surtout lorsqu’il est différent de soi. Par ailleurs, les idées populistes, voire d’extrême droite, en toile de fonds des dernières élections, a pu impacter le discours politique.» Enfin, les édiles restent sensibles aux remarques de leurs administrés qui craignent une baisse de la valeur de leur patrimoine si une opération immobilière sociale sort de terre près de chez eux.


Pour inverser la tendance, l’USH compte sur les mesures annoncées par le gouvernement, comme la possibilité donnée au Préfet d’accorder des permis de construire, où les mesures de soutien aux maires bâtisseurs qui devraient notamment se concrétiser par une bonification de la dotation globale de fonctionnement (DGF) aux maires particulièrement engagés dans les opérations de construction. Pour octroyer cette aide supplémentaire, « on ne sait pas encore si le gouvernement prendra en compte le nombre de logements lancés en général, ou s’il se concentrera sur le nombre de logements sociaux autorisés », précise Jean-Louis Dumont. L’organisation souhaite également tordre le coup à certaines idées reçues. « On dit souvent qu’un maire bâtisseur est un maire battu, note Marianne Louis, secrétaire générale de l’USH. Or, on ne parle pas assez des maires qui ont été réélus. »

Focus

La mutualisation financière des organismes HLM prévue d’ici la fin de l’année

Lors de la signature du pacte d’objectifs et de moyens entre l’Etat et le mouvement HLM en juillet 2013, le monde HLM s’est engagé à mettre en place un dispositif de mutualisation financière. « Cette mutualisation de leurs fonds propres sera un système de péréquation visant à soutenir l’effort de construction dans des zones où il est nécessaire de construire davantage, à accompagner l’effort d’investissement des organismes, et à faire circuler les fonds disponibles », explique le dossier de presse. Ce dispositif devrait être mis en place rapidement puisque, selon Jean-Louis Dumont, « la convention est signée, nous attendons simplement la signature du ministre. Il n’y a pas eu de blocage, l’arrêté devrait être publié en octobre ou novembre 2014. »

En savoir plus

Une multitude de ministres attendus au Congrès HLM

Pas moins de trois ministres se rendront au Congrès de l’Union Sociale pour l’Habitat (USH).

– Sylvia Pinel, ministre du Logement, de l’Egalité des territoires et de la Ruralité, ouvrira les trois jours de conférences aux côtés de Gérard Collomb, maire (PS) de Lyon.

– George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer, interviendra dans l’après-midi.

– Manuel Valls, Premier Ministre, clôturera le Congrès.

Notons que Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, « a été invité mais n’a pas encore donné sa réponse », précise l’USH.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X