Réalisations

Halle Debat Ponsan à Bordeaux : les abattoirs deviennent un lieu de convivialité

Mots clés : Architecte - Entreprise du BTP - Gestion et opérations immobilières - Hôtels et pensions de famille - Lieux de travail - Urbanisme - aménagement urbain

L’avenir nocturne et festif du futur quartier d’affaires Euratlantique, au cœur de la ZAC Saint-Jean Belcier, au sud de Bordeaux, prendra ses marques dans la halle Debat Ponsan, du nom de l’architecte qui l’a conçue en 1938. Il s’agit de la transformation des anciens abattoirs de Bordeaux, menée par l’agence Nicolas Michelin & Associés (A/NM/A) pour le compte d’Eiffage Immobilier et de la création d’un hôtel (R+9) et de deux immeubles de bureaux (R+8).

Cette opération qui compte 6 800 m2 de surface commerciale, 10 500 m2 de bureau et un hôtel 4 étoiles Hilton Garden Inn a présenté une double contrainte pour le maître d’œuvre : « lutter » contre l’imposant bâtiment de la Caisse d’Epargne et rénover l’ancienne halle aux animaux d’une surface de 4 500 m2.

 

Dix mois de travaux

 

La difficulté de la rénovation de la halle Debat-Ponsan a été « d’assurer la solidité d’un ouvrage des années 30 très abimé, détérioré sur ses étanchéités, sur ses bétons et adapter le bâtiment aux nouvelles réglementations, tout en y conservant l’architecture initiale », explique-t-on chez Eiffage. Les deux halles, aux bœufs et aux moutons, présentent, par ailleurs deux philosophies de construction différentes.  Les équipes d’Eiffage construction ont sécurisé l’ensemble des bétons restés visibles ; reconstitué des voûtes ; ré-étanché la toiture avec un système à la fois souple et solide, en l’occurrence une membrane FPO sur laquelle a été rajouté de la tôle colaminée pour garder l’aspect tranchant du toit. Ils ont également remplacé 1 200 pavés de verre sur la voûte. Pour faire simple, l’architecte Michel Delplace (A/NM/A) précise « qu’il a fallu transformer une ancienne halle aux animaux, dont une partie a disparu dans un incendie et une autre n’était même pas fermée, en bâtiment recevant du public ». 900 m2 de mezzanines ont également été ajoutés. Des travaux réalisés en dix mois.

 

Un pied-de-nez à la Caisse d’Epargne

 

Dans la continuité, ont été créé trois bâtiments à la forme arrondie et l’auvent de la halle a été « étiré » sur les rez-de-chaussée des trois bâtiments afin de respecter la forme architecturale de la halle Debat Ponsan et d’adoucir l’emprise. Deux immeubles de bureaux en R+ 8 et un hôtel Hilton Garden Inn en R+ 9. Pour éviter de créer un effet de masse avec l’imposant bâtiment de la Caisse d’Epargne en bord de Garonne, les bâtiments sont perpendiculaires au fleuve, une sorte de pied-de-nez à l’établissement bancaire. « On a retourné les bâtiments afin d’avoir un dialogue avec le fleuve », précise Michel Delplace. L’utilisation d’une surface plissée à l’intérieur des bâtiments  « impose le regard vers la Garonne », explique l’architecte et permet à tous les occupants de profiter de la vue.

La livraison de ce projet de 23 500 m2 de surface de plancher est prévue pour février (commerces et bureaux) et avril 2018 (hôtel). Le tout a été vendu en Vefa en novembre 2016 à Crédit Agricole Assurances qui a rebaptise ce lieu qui accueillera des restaurants La Halle Boca.

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X