Energie

Grenelle II se prend les pieds dans les pales

Mots clés :

Réglementation de l'urbanisme et de l'environnement

-

Electricité

-

Energie renouvelable

-

Politique énergétique

«Trop de contraintes pour l’éolien ou comment faire échouer le Grenelle Environnement». Ce n’est pas le titre du dernier communiqué de Greenpeace ou du WWF, mais bel et bien celui de l’Union française de l’électricité (UFE).

Même l’organisation patronale de l’électricité juge que les amendements à l’article 34, consacré à l’énergie éolienne, dans le Grenelle II actuellement à l’Assemblée nationale vont, si l’on peut écrire, enterrer les éoliennes. L’UFE «rappelle d’une part, que les projets éoliens sont d’ores et déjà soumis à de nombreuses procédures (Zone de développement de l’éolien, étude d’impact, enquête publique, permis de construire….), et d’autre part, que la réalisation d’un projet prend près de 5 ans entre son initiation et sa mise en service». C’est-à-dire que le contexte réglementaire français n’est déjà pas optimum pour atteindre les objectifs européens en matière d’électricité à partir d’ENR.
C’est pourquoi, l’UFE «s’oppose : à l’application du régime ICPE (Installations classées pour la protection de l’environnement, ndlr) à l’éolien, que ne justifient pas les caractéristiques de cette forme de production d’électricité ; à la construction de schémas régionaux qui ne seraient pas encadrés par des prescriptions assurant, entre autres, la cohérence avec les objectifs nationaux et, plus largement, avec les ambitions du Grenelle de l’Environnement ; à l’instauration d’un seuil minimal de 15 MW qui conduirait à supprimer plus de la moitié des projets en cours, et obérerait gravement l’avenir de l’éolien en France. L’UFE souligne que ce seuil déséquilibre économiquement la filière, tout en dégradant les conditions environnementales d’implantation des éoliennes». Autant dire que l’organisation patronale est contre toutes les dispositions de la mission d’information sur l’éolien conduite par le député Patrick Ollier, qui semblent actuellement servir de feuille de route au débat
à l’Assemblée…
Et si l’UFE s’inquiète de l’impact sur l’emploi d’une filière qui «emploie 10 000 personnes et [dont] le potentiel de création d’emplois est important», on peut aussi reposer la question autrement. Qu’est-ce que l’on veut faire ?
Lutter contre le changement climatique et réduire le coût de l’énergie sera pour le moins complexe. On peut comprendre que la main du législateur tremble. Mais…

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    EN REPONSE A ERIC

    Nos voisins Allemands bien en avance, je partage… Selon le classement du Center For Global Development (CGD) l’Allemagne est le 1er producteur européen de Gaz à Effet de Serre (GES) 356 Millions de Tonnes pour sa production d’électricité. Au premiers rang mondiaux : USA (2,79GT) ; Chine (2,86GT) ; Russie : (661MT) Pour la France c’est 45,8 MT ! Cherchez l’erreur …
    Signaler un abus
  • - Le

    EN REPONSE A ERIC

    Nos voisins Allemands sont bien en avance et je partage… En terme de production de CO2, l’Allemagne est, selon le classement CGD
    Signaler un abus
  • - Le

    Nous marchons sur la tête ...

    Ce pays ne changera donc jamais ! Nos politiques ne pensent qu’à réglementer, et à faire payer des taxes. Quand ils ne tremblent pas devant l’actualité ou le principe de précaution. Que l’on soit pour ou contre les thèses sur le réchauffement climatique et les incidences de l’activité humaine sur celui-ci (cf. le débat Pro ou Contra-Mr ALLEGRE), un constat s’impose : les énergies fossiles consommées dégagent du CO2, et celles-ci se feront de plus en plus rares et chères. Alors Messieurs les politiques, laissez l’éolien se développer … et soyez courageux et visionnaires pour une fois. N’oubliez pas que les français votent de moins en moins et préfèrent s’abstenir … ou aller "au vert" ! Nos voisins allemands, néerlandais, belges, suisses et scandinaves sont bien en avance sur nous sur le solaire et l’éolien. Bientôt, ce seront les chinois !
    Signaler un abus
  • - Le

    Nous marchons sur la tête ...

    Ce pays ne changera donc jamais : de jacqueries en grèves, de dimes en impôts, de débats en débats … stériles. Et toujours des règlementations stupides. Que l’on soit pour ou contre les thèses sur le réchauffement climatique, un réel constat s’impose : les énergies fossiles émettent du CO2, elles seront de plus en plus rares et chères. Alors pourquoi freiner l’éolien ? Parce que bien des pays dans le monde ont dépassé ce débat, la France se marginalise toujours plus.
    Signaler un abus
  • - Le

    Les autruches ont le vent en poupe

    La voie est libre pour un 3e EPR, qui ne produira sans doute jamais d’électricité, comme ses frères, mais engloutira des milliers de tonnes de béton et des milliards d’investissement, ce qui se traduira à l’arrivée par encore plus d’électricité d’origine thermique. Que ce soit par naïveté ou par complaisance, les anti-éoliens sont bien le cheval de Troie des pro-nucléaires, derrière le panache déplumé de notre valeureux Giscard d’Estaing. Merci camarades, encore un effort et le vent de la colère nous emportera tous dans un puissant tourbillon de poussière radio-active.
    Signaler un abus
  • - Le

    ET SI LES BONNES QUESTIONS POUR DE VRAIS ENJEUX ETAIENT POSEES

    Enterrer les éoliennes, en voilà une idée qu’elle est bonne ! En plus, ce sera moins de rejet de CO2 de la production thermique installée en compensation de la puissance énergétique aléatoire "théorique" de l’éolien. Au delà du secteur économique que représente l’éolien, le vent porteur ce cette énergie trouve probablement plus son fondement dans le financement durable reporté sur les abonnés, que pour des raisons écolo…
    Signaler un abus
  • Voir tous les commentaires (6)
    Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X