Energie

Greenpeace bloque temporairement le chantier EPR de Flamanville

Mots clés : Energie nucléaire

Les travaux de terrassement du futur réacteur nucléaire de troisième génération EPR à Flamanville (Manche) ont été suspendus jeudi « par sécurité » en raison de la présence de militants de Greenpeace, a déclaré à l’AFP un responsable d’EDF.
Présents sur les lieux, les gendarmes sont intervenus vers 11h30 pour briser la chaîne qui reliait deux militants de Greenpeace à un camion bloquant les entrées du chantier, a annoncé une représentante de l’association écologiste sur place.
La vingtaine de militants de Greenpeace participant à l’opération exigent que les deux candidats à la présidentielle s’engagent maintenant à abroger dès leur élection le décret autorisant la construction de ce nouveau réacteur.
« J’ai une seule priorité : la sécurité, aussi bien des manifestants que du personnel », a déclaré Philippe Leigné, directeur de l’aménagement de Flamanville 3. « J’ai donc fait arrêter le chantier pour ne pas prendre de risques. Ce site n’est pas un terrain de jeu ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X