Logement

GRDF finance en partie l’Anah

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Conception - Gaz - Gouvernement - Installation de gaz - Politique du logement

GRDF a signé une convention avec le ministère du Logement et l’Agence nationale de l’habitat pour mobiliser jusqu’à 575 000 euros en 2017 et en 2018 afin de financer l’ingénierie du « suivi-animation » des opérations programmées de rénovation de l’habitat ou d’un programme d’intérêt général pilotés par l’Anah. En contrepartie, l’Agence nationale de l’habitat aidera GRDF à sécuriser les installations de gaz de 5 000 logements.

GRDF versera 575 000 euros par an, en 2017 et en 2018, à l’Agence nationale pour l’habitat (Anah). Edouard Sauvage, directeur général (DG) du distributeur a signé une convention lundi 6 février avec Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et Blanche Guillemot, DG de l’Anah, pour contractualiser l’utilisation de cette aide. A la suite de la signature de la convention, 100 000 euros ont été transférés par anticipation à l’Anah. Cette somme financera dès à présent des actions d’accompagnement des points rénovation info service.

Si GRDF s’engage, c’est pour sécuriser les installations de gaz de 5 000 logements en deux ans (2 500 en 2017, principalement des maisons individuelles, et le reste en 2018). « L’Anah et GRDF vont travailler ensemble car l’Agence a beaucoup de contact avec les ménages alors que GRDF s’occupe du réseau et n’arrive pas à toucher les clients », explique-t-on au ministère du Logement. GRDF financera le diagnostic de l’installation de gaz de ces 5 000 logements et « remboursera le remplacement du robinet de commande de son appareil de cuisson dans la limite de 150 euros et versera un montant forfaitaire de 100 euros pour l’achat d’un appareil de cuisson muni d’une sécurité de flamme ».

GRDF conclura également des contrats de partenariats avec des collectivités territoriales « pour aider au financement de l’ingénierie de « suivi-animation », par exemple dans le cadre d’une opération programmée de rénovation de l’habitat (pilotée par l’Anah, ndlr) ou d’un programme d’intérêt général », peut-on lire dans la convention. Cette aide pourra être conclue avec 230 collectivités, pour un montant maximum de 2 500 euros (soit, 575 000 euros au maximum chaque année).

Rappelons qu’en 2017, le budget de l’Anah se fixe à 823,1 millions d’euros et que l’Agence doit lancer la rénovation énergétique de 100 000 logements dans le cadre du programme « Habiter Mieux ». Cette ingénierie « va clairement booster l’Anah à atteindre son objectif », estime-t-on au ministère du Logement. Un coup de pouce non négligeable, alors même que l’Anah n’a pas atteint ses objectifs en 2016. Et de conclure : « nous sommes confiants pour 2017, car le programme « Habiter Mieux » monte en charge. »

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X