Industrie/Négoce

Grand Paris : les 5 propositions de l’Unicem pour une commande publique responsable

Mots clés : Produits et matériaux

A l’occasion des 2e Assises de l’économie circulaire, les 16 et 17 juin, l’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) s’est exprimée sur la prise en compte des besoins en ressources dans le projet du Grand Paris.

Les besoins estimés du Grand Paris en matériaux de construction pour le volet logement, bureau et tunnel sont de près de 6 millions de tonnes de granulats par an et ce durant environ une quinzaine d’années, établissait, en 2012, une étude de l’Unicem. Fort de ce constat, Bruno Huvelin, président Ile-de-France de la fédération regroupant industries extractives de minéraux et fabricants de matériaux de construction, est intervenu lors des 2e Assises de l’économie circulaire, le 17 juin, pour réitérer la nécessité de prendre en compte les besoins en ressources dans le projet de la future métropole francilienne. 

Le représentant de l’Unicem formule ainsi cinq propositions « pour une commande publique responsable », décrit un communiqué :

– la prise en compte des besoins en ressources engendrés dès la conception des projets, voire dans les plans : selon l’Unicem, « les documents d’urbanisme prévoient rarement les besoins en matériaux que leurs projets d’aménagement nécessitent, voire limitent les possibilités d’installation des industries nécessaires ». Il est nécessaire de « réserver une place pour ces activités dans le cadre des programmes d’aménagement », plaide-t-elle.

– l’application systématique de critères environnementaux dans les marchés publics : « aujourd’hui, seuls 6 % des marchés publics intègrent des clauses environnementales », assure l’Unicem, qui demande aux pouvoirs publics de « sensibiliser et former les acheteurs publics à une meilleure utilisation des possibilités offertes par le code des marchés publics, et de les inciter à introduire de telles clauses ».

– l’introduction d’un critère « économie circulaire » dans la commande publique : pour la fédération, l’économie circulaire peut être « un vecteur de relocalisation et un atout pour le développement économique local ».

– la modification du code des marchés publics afin de favoriser les boucles courtes pour les matériaux de construction : l’Unicem propose que « l’article 53 I.1 du code des marchés publics accorde le même traitement aux matériaux minéraux de construction qu’aux produits agricoles, qui figurent tous deux parmi les plus transportés en France ».

– le recours plus généralisé à l’allotissement : « 97% des entreprises du secteur des matériaux minéraux de construction sont des PME, et 70% emploient moins de 10 salariés », constate l’Unicem. « Le recours à l’allotissement est une clé d’accès des PME à la commande publique », martèle-t-elle.

L’Unicem est la fédération qui regroupe les industries extractives de minéraux (granulats, pierre naturelle, minéraux industriels, craie…), et les fabricants de divers matériaux de construction (béton prêt à l’emploi, mortier, plâtre…). Elle représente 2 700 entreprises, 38 000 salariés, pour un chiffre d’affaires estimé de 10,5 milliards d’euros.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X