Grand Paris

Grand Paris : l’appel à projets «Inventons la métropole» lancé fin septembre

Mots clés : Etat et collectivités locales

Le 23 mai, Patrick Ollier a présenté le dispositif de l’appel à projets «Inventons la métropole» qui sera lancé fin septembre en vue d’une désignation des projets lauréats à l’automne 2017. Selon le président de la métropole du Grand Paris, la consultation pourrait porter sur une cinquantaine de sites proposés par les maires.

«C’est un concours révélateur de la métropole, accélérateur du développement des territoires, catalyseur de la construction métropolitaine». Le 23 mai, au Pavillon Baltard, à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), Patrick Ollier, président de la métropole du Grand Paris, a présenté aux maires, présidents de territoire, aménageurs, promoteurs, etc. présents (environ 350 personnes) les modalités de l’appel à projets «Inventons la métropole». Avant de détailler le dispositif mis en place, le député-maire de Rueil-Malmaison a rappelé que l’appel à projets intégrait le concours «Les hubs du Grand Paris», initié par l’Etat. «Je coprésiderai le comité d’organisation avec le préfet de région, Jean-François Carenco», a-t-il précisé. Rôle ce comité: assurer le pilotage politique de la consultation et sa coordination stratégique.

 

«Réinventer Paris» pour modèle

 

«Inventons la métropole» sera lancé fin septembre-début octobre sur le modèle de «Réinventer Paris» auprès de groupements pluridisciplinaires (investisseurs, promoteurs, aménageurs, architectes, etc.). «Il ne s’agit pas d’une commande publique. Ce n’est pas un concours d’architecture, ni une concession d’aménagement, a précisé Patrice Bécu, directeur général adjoint de la mission de préfiguration de la métropole du Grand Paris (en place jusqu’au 30 juin). Il s’agit d’un appel d’offres sur un site proposé par un maire. Quand le projet lauréat sera désigné, le terrain sera mis à disposition du groupement qui le porte dans le cadre soit d’une cession, soit d’un bail emphytéotique, soit d’un bail à construction».

 

Les maires ont jusqu’à la mi-juillet pour proposer un terrain

 

Les maires intéressés ont jusqu’au 15 juillet pour proposer un terrain (ou plusieurs s’ils le souhaitent) dont la maîtrise foncière est assurée. En septembre, le comité d’organisation sélectionnera les sites admis à concourir en se fondant sur plusieurs critères (le degré d’avancement des études et procédures préalables, la taille du site, la situation au regard de la dépollution, une répartition équilibrée sur le territoire métropolitain, etc.). Une cinquantaine de sites au maximum sera retenue. Un nombre, qui selon Patrick Ollier, devrait être atteint sans difficulté: une vingtaine de communes et territoires ont déjà manifesté leur intérêt pour la consultation, la Ville de Paris va proposer 10 terrains. S’y ajouteront les 14 sites des «hubs du Grand Paris».

 

Cahiers des charges et règlement de la consultation à élaborer

 

D’ici à la fin septembre, l’équipe de la métropole du Grand Paris devra rédiger les cahiers des charges. L’un très général, détaillera l’ambition, les objectifs et les exigences de la consultation ainsi que les attendus en termes d’innovation; un cahier spécifique à chaque site sera par ailleurs défini. Elle devra aussi élaborer le règlement de la consultation, qui précisera notamment les conditions d’indemnisation des concepteurs. Des représentants des professions concernées, les architectes notamment, seront d’ailleurs associés à tout le processus.

 

Mars 2017: désignation de trois équipes par site

 

Une fois la consultation lancée, les équipes candidates pourront déposer leur dossier entre décembre 2016 et février 2017. Une première phase interviendra en mars 2017 avec la désignation de trois groupements au maximum par site, sur la base d’une note d’intentions et d’une note de méthodologie, le cas échéant après entretien. Ils disposeront alors de quatre mois pour élaborer leur proposition. Les projets et groupements lauréats seront désignés à l’automne 2017. «Je serai président du jury mais je déléguerai à chaque maire le soin de décider pour sa commune. Nous souhaitons avoir des projets concrets, innovants», a déclaré le président de la métropole du Grand Paris, qui se dit prêt à organiser une autre session si la barre des 50 sites, répondant aux critères, est franchie.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X