Grand Paris

Grand Paris Express : Saint-Maur ne voit pas d’un bon oeil l’attribution du tronçon Bry-Champigny-Saint-Maur-Créteil à Eiffage

Mots clés : Chaussée - Entreprise du BTP - Établissements industriels, agricoles, ICPE - Gares, aéroports - Politique des transports - Risque sanitaire - Transport maritime - Travaux publics

En contentieux depuis 2011 avec Eiffage Travaux Publics concernant l’ouverture d’une usine d’enrobé sur le port de Bonneuil, la ville de Saint-Maur a exprimé dans un communiqué ses doutes sur les conditions d’exécution par le groupe du marché de travaux du futur tronçon de la ligne 15 sud du Grand Paris Express. La Ville pointe notamment l’insuffisance des garanties apportées quant aux conséquences du chantier sur l’environnement et la santé des habitants.

Depuis 2011, le fossé s’est creusé entre Saint-Maur et Eiffage. A l’origine, un contentieux toujours en cours (1) sur l’implantation pour le compte d’Eiffage Travaux Publics d’une usine d’enrobé sur le port de Bonneuil, dont les effets sur l’environnement et la santé des habitants des quartiers limitrophes, Les Mûriers et la Pie, n’auraient pas été assez mesurés selon la Ville.

Conséquence, la récente attribution à Eiffage Génie civil et Razel-Bec du marché pour la construction du tronçon Bry-Champigny-Saint-Maur-Créteil de la ligne 15 sud du Grand Paris Express a fait grincer des dents dans le Val-de-Marne.

« Le projet de la ligne 15 doit être un chantier exemplaire en matière environnementale et de respect des engagements. A ce jour, nous pensons qu’Eiffage ne remplit pas ces conditions d’exemplarité », a dénoncé dans un communiqué Sylvain Berrios, le député-maire de Saint-Maur.

La Ville conteste notamment, « d’après les informations dont elle dispose », le choix d’Eiffage d’acheminer les camions chargés d’évacuer les milliers de tonnes de gravats justement vers le port de Bonneuil. « Ces trajets, s’ils étaient confirmés, occasionneraient des nuisances très importantes, à nouveau localisées, pour lesquelles la Ville entend obtenir des garanties ».

Saint-Maur a donc mandaté le cabinet d’avocats Huglo Lepage (déjà en charge du contentieux sur le dossier de l’usine d’enrobé du port de Bonneuil), afin de « défendre les intérêts des Saint-Mauriens dans cette affaire ».

Le communiqué précise toutefois que la Ville « n’entend pas ralentir le chantier de la ligne 15 sud, qui est une chance pour le Val-de-Marne et pour Saint-Maur ».

Et Sylvain Berrios d’interpeller directement le maître d’ouvrage : « La crédibilité de la Société du Grand Paris et celle du projet tout entier sont engagées sur ce premier tronçon ».

 

Toutes les infos sur le Grand Paris Express

(1) Une première autorisation d’exploiter a été annulée par le tribunal administratif en 2014, et une deuxième autorisation préfectorale, accordée en 2015 a été attaquée, a expliqué la mairie de Bonneuil dans son communiqué.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X