Profession

Gouvernement : Françoise Nyssen, une urbaniste et éditrice à la Culture

Mots clés : Architecte - Gouvernement - Manifestations culturelles

Future ministre des architectes, selon toutes probabilités, Françoise Nyssen n’est pas totalement novice en la matière…

Et de quatre! Une nouvelle fois, c’est une femme qui, à la Culture (à la trappe, la «Communication»?), succède depuis Frédéric Mitterrand à Aurélie Filippetti, Fleur Pellerin et Audrey Azoulay. Née en 1951 à Etterbeek (Belgique) et naturalisée française, Françoise Nyssen porte un patronyme rendu célèbre par son père, Hubert Nyssen (décédé en 2011), éditeur, écrivain et surtout connu comme fondateur des éditions Actes-Sud à Arles. Si le Who’s Who indique pour elle, à la rubrique Distractions «lecture, musique, cuisine», celle qui sera, selon toutes probabilités, la ministre en charge des architectes n’est pas totalement novice en la matière…

Titulaire d’une licence de sciences et agrégée de l’enseignement secondaire, elle est également diplômée de l’Université libre et Institut supérieur d’urbanisme et de rénovation urbaine de Bruxelles (Belgique) où elle obtient une maîtrise d’urbanisme, activité qu’elle a exercée de 1974 à 1976 au sein du cabinet Ausia (Architecture-Urbanisme-Sciences humaines-Ingénierie Associés, Paris XVIIIe). Chercheur au Centre d’études et de recherches urbaines de Saint-Gilles (Belgique) de 1976 à 1979, elle a également effectué un court passage (1979-1980) à la direction de l’architecture, au ministère de l’Environnement et du Cadre de vie.

Elle bifurque ensuite vers les éditions Actes Sud – éditeur éclairé de livres d’architecture – en tant que directrice générale (1980) puis présidente du Directoire (depuis 1996). Officier de la Légion d’honneur et commandeur des Arts et des Lettres, la nouvelle locataire de la rue de Valois aura notamment à veiller, pour ce qui relève de l’architecture, à la bonne application des récents décrets publiés, pris en application de la loi sur la liberté de la création, l’architecture et le patrimoine (loi LCAP), vaillamment portée par ses prédécesseures… Mais pour l’instant, place au fun : c’est le Festival de Cannes qui l’attend. Tapis rouge!

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X