Industrie/Négoce

Génie climatique : pas de renversement de tendance attendu en 2016

Mots clés : Chauffage - froid - Equipements techniques et finitions

Les industriels du génie climatique n’ont pas à rougir de leur bilan pour 2015 malgré l’atonie de l’immobilier. Si les pompes à chaleur continuent de s’imposer, la croissance des chauffe-eau thermodynamiques a marqué un coup d’arrêt inquiétant.

Malgré leur dépendance au niveau d’activité dans l’immobilier, les industriels du secteur chauffage, ventilation et climatisation (CVC) ont plutôt bien tiré leur épingle du jeu en 2015. C’est le bilan dressé le 1er février par le syndicat des industries thermiques, aérauliques et frigorifiques Uniclima lors de sa conférence de presse annuelle. Pour autant, « il ne faut pas s’attendre à un renversement de tendance en 2016 », a prévenu François Frisquet, le président d’Uniclima élu en juin. 

Le segment des chaudières gaz et fioul est en légère progression de 3% (+16% pour les chaudières à comdensation, -17% pour les chaudières classiques). Le marché des chaudières individuelles est resté positif (+2,7%) grâce à la rénovation, analyse Uniclima. A contrario, celui des chaudières collectives a chuté de 3,2%, notamment à cause de la baisse des mises en chantier. Les pompes à chaleur (PAC) s’en sortent bien avec une progression générale en 2015, à l’exception du segment géothermie qui continue de décroître (-5% à 3 079 unités). Le succès des PAC air/air se confirme, avec une hausse de 15,5% en un an et presque 400 000 unités vendues, ainsi que celui des PAC air/eau (+8% à 75 273 unités).

 

Des chauffe-eau moins dynamiques

 

En 2015, la surprise est réellement venue des chauffe-eau thermodynamiques. Après une croissance fulgurante de 50% en 2014, ce segment a connu l’an dernier un coup d’arrêt avec une progression de seulement 4,5% (76 250 unités vendues). Uniclima invoque deux raisons principales : l’implantation de ces équipements qui se fait essentiellement dans les maisons individuelles neuves et la rénovation des installations d’eau chaude sanitaire dans les logements existants qui ne prend pas le relais. L’autre chiffre préoccupant pour les professionnels concerne la ventilation pour le logement individuel. Très lié au neuf, le marché de la ventilation double flux a chuté de presque 10% l’an dernier, avec 26 400 unités vendues. « Ces appareils sont victimes de leur difficulté d’installation et de leur absence du crédit d’impôt transition énergétique », explique Uniclima.

 

EnR à la déroute

 

Côté énergies renouvelables (EnR), c’est la débâcle. Le marché de la chaudière bois a régressé de 23% en 2015 (11 200 pièces livrées contre 14 500 en 2014), annonce Uniclima. « Le prix du fioul domestique ne cesse de baisser depuis plusieurs années. C’est une énergie très accessible, donc cela n’incite pas les particuliers à passer au bois », constate François Frisquet. Le marché du solaire thermique accuse lui aussi le coup avec une baisse globale de 35% de la surface de capteurs installés l’an dernier (97 800 m2 contre 150 500 en 2014). « Dans la maison neuve, le chauffe-eau solaire individuel a du mal à s’implanter car fortement concurrencé par le chauffe-eau thermodynamique, plus économique à l’achat et plus simple à installer », commente le syndicat. Les systèmes solaires combinés chutent de 43% par rapport à 2014 et deviennent un marché de niche en France (400 pièces vendues). Pour la 3e année consécutive, le segment des capteurs pour les immeubles d’habitation collectifs ou les bâtiments tertiaires est en repli, accusant une baisse de 35%. « Avec l’autorisation pour les logements collectifs de consommer jusqu’à 57,5 kWh/m2/an, la RT2012 a cassé la dynamique du solaire collectif dans le neuf », déplore le syndicat, qui entend poursuivre une action avec la filière afin de soutenir une réglementation obligeant à une part d’EnR dans le collectif.

Si les industriels du CVC ont « toujours soutenu » l’élaboration et la mise en place des réglements communautaires liés à l’écoconception et à l’étiquetage énergétique des appareils de chauffage et de ventilation désormais en vigueur, ils ont tenu à exposer des limites à cette « montée en gamme ». « Nous mettons en garde les pouvoirs publics face à une tendance à la sur-réglementation. Les industriels n’ont pas des capacités infinies pour absorber toutes les évolutions réglementaires, et notamment les hausses de prix qu’elles impliquent », a tenu à marteler le président d’Uniclima.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X