L'Actu

GDF mis en examen pour une explosion accidentelle meurtrière à Bastia

La société a été mise en examen en tant que personne morale pour « homicide involontaire » dans l’enquête sur une explosion accidentelle au gaz dans un immeuble vétuste de Bastia, qui avait tué un père de famille le 19 mars 2005.

Une ou plusieurs autres mises en examen, de responsables locaux de GDF cette fois, pourraient également intervenir pour « dissimulation » d’éléments pouvant servir à l’enquête, après que des experts, dans un rapport récent, avaient soupçonnés des agents d’avoir fait disparaître notamment des tuyaux de raccordement, ont indiqué à l’AFP des sources très proches de l’enquête.
« GDF a été mise en examen il y a une quinzaine de jours, en tant que personne morale, pour homicide et blessures involontaires, après que les experts eurent remis leur rapport », a confirmé à l’AFP le procureur de la République de Bastia, Jean-Jacques Fagni.

Le 19 mars 2005, une violente explosion avait provoqué l’effondrement d’un immeuble très vétuste du vieux quartier de Bastia, provoquant la mort d’Aïssa Abdheramam, un père de famille de 30 ans.
Les dégâts avaient obligé la mairie à démolir des immeubles adjacents qui menaçaient de s’effondrer à leur tour et à reloger de nombreuses familles.
Une commission d’experts a rendu son rapport il y a plus de deux semaines, concluant que l’explosion était due, non pas, comme évoqué au début de l’enquête, à des branchements clandestins par des particuliers, mais bien à une fuite de gaz sur le réseau normal.
Leur rapport fait également état, selon des sources proches de l’enquête, de la « disparition ou la dissimulation d’un certain nombre d’éléments matériels », notamment des « tuyaux », constatée « quelques heures après le drame ».

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X