Energie

Gardanne: Uniper fait appel de l’annulation de l’autorisation d’exploitation de sa centrale biomasse

Mots clés : Energie renouvelable

Le groupe allemand a annoncé son intention de faire appel de la décision d’annulation de l’autorisation d’exploitation de sa centrale biomasse de Gardanne (Bouches-du-Rhône), pour laquelle il a toutefois obtenu de l’Etat le droit de continuer à la faire fonctionner provisoirement.

Jeudi 8 juin, le tribunal administratif de Marseille avait annulé l’autorisation d’exploitation délivrée en 2012 pour ce site calibré pour brûler 850.000 tonnes de bois par an, estimant que son impact majeur sur les forêts du Sud-Est aurait été sous-évalué.

Les juges reprochent au groupe de n’avoir étudié l’impact du projet que dans un périmètre de trois kilomètres, alors que la centrale prévoit de brûler du bois coupé dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres. Ils jugent également que les dégâts sur l’environnement des camions qui alimenteront la centrale en bois et la pollution atmosphérique (particules fines, dioxines, CO2) n’ont pas été correctement pris en compte.

« Nous rappelons que nous avons répondu à un appel d’offres lancé en 2010 par l’Etat qui a validé notre plan d’approvisionnement », a réagi le lendemain dans un communiqué Luc Poyer, président d’Uniper France. « S’agissant de l’étude d’impact, celle-ci a été réalisée conformément aux textes applicables et comporte bien une analyse de l’état initial et des effets indirects du projet sur le site et de son environnement », a-t-il encore ajouté. « Dans ce contexte, l’entreprise exprime sa surprise devant cette décision très pénalisante pour elle, ses salariés et plus généralement pour l’économie locale et ses emplois », conclut M. Poyer, dénonçant un « coup dur pour les énergies vertes » en France.

Au lendemain de la décision du tribunal administratif de Marseille, le préfet des Bouches-du-Rhône a donné dans un arrêté à l’industriel un mois pour dire s’il veut continuer d’exploiter le site ou cesser son activité. Uniper se voit offrir, au total, un délai de neuf mois pour constituer un nouveau délai de demande d’autorisation. En attendant, l’exploitation de la centrale peut se poursuivre, précise le décret.

Cette centrale présentée comme écologique, la plus importante de son genre de France, est un projet qui a été soutenu par l’État dans le cadre du « Grenelle de l’environnement »: l’énergie produite, renouvelable, devait à terme représenter 6% de la production d’électricité de la région Paca.

Mais le gigantisme de la centrale est dénoncé par ses détracteurs: pour l’alimenter, il faudrait prélever 35% du gisement forestier disponible dans un rayon de 250 kilomètres.

La CGT avait réclamé la poursuite de l’activité, s’inquiétant pour les 180 emplois du site.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X