Marchés privés

Garantie décennale : des précisions sur le désordre apparent et l’atteinte à la destination

Mots clés : Exécution des marchés privés - Jurisprudence

Les juges ne peuvent pas déterminer le caractère apparent ou caché d’un désordre décennal au regard des acquéreurs de l’ouvrage, souligne la Cour de cassation. Elle précise aussi que l’impropriété à la destination résultant d’un désordre sur un élément d’équipement s’évalue sur l’ouvrage en son entier.

Dans un arrêt du 10 novembre 2016, la Cour de cassation précise que c’est au jour de l’achèvement des travaux et en la personne du maître d’ouvrage qui a fait construire, que s’apprécie le caractère apparent d’un désordre. Elle demande aux juges du fond de rechercher si un désordre sur une ventilation mécanique contrôlée (VMC) peut atteindre à la destination de l’ouvrage.

En l’espèce, un particulier revend une maison après avoir réalisé des travaux d’extension et de réfection du toit. Se plaignant d’infiltrations d’eau et de désordres sur une VMC, les acquéreurs, après expertise, assignent le vendeur en responsabilité décennale pour obtenir réparation de leurs...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X