Entreprises de BTP

Fraude au travail détaché: une trentaine de chantiers arrêtés en un an

Entre 2015 et 2016, le nombre des contrôles de la fraude au travail détaché est passé de 500 à 1.500 par mois en moyenne, aboutissant à l’arrêt d’une trentaine de chantiers depuis le début de l’année 2016, a indiqué la secrétaire d’Etat à la formation professionnelle, Clotilde Valter.

La législation française sur la fraude au travail détaché, « sans doute la plus stricte de l’Union européenne », a « permis de renforcer les contrôles et les sanctions », a assuré jeudi 15 décembre la secrétaire d’Etat à la formation professionnelle  Clotilde Valter devant les sénateurs lors des questions au gouvernement.

« Nous avons renforcé massivement les sanctions avec la possibilité de sanctionner les employeurs à hauteur de 500.000 euros en cas de manquement, et les chantiers peuvent être suspendus (…). Ces mesures sont efficaces: depuis juillet 2015 il y a eu 840 amendes administratives qui ont ramené un produit de 4,5 millions d’euros (…). De même depuis début  2016, une trentaine de chantiers ont été arrêtés », a-t-elle détaillé. 

Entre 2015 et 2016, le nombre des contrôles est passé de 500 à 1.500 par mois en moyenne, a rappelé la secrétaire d’Etat, soulignant en outre la mise en place progressive de la carte d’identification professionnelle des salariés du BTP.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X