Chantiers

François Hollande se dit favorable à un nouveau plan d’investissement routier et autoroutier

Mots clés : Gouvernement - Réseau routier

En visite le 28 juillet à Rivesaltes, dans les Pyrénées-Orientales, pour inaugurer le chantier d’élargissement de l’autoroute A9, François Hollande s’est dit favorable au lancement d’un nouveau plan d’investissement routier et autoroutier « au début de l’année prochaine ».

François Hollande s’est rendu ce jeudi 28 juillet à la direction des opérations de Vinci Autoroutes à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) pour inaugurer le chantier d’élargissement de l’autoroute A9 entre Le Boulou et Le Perthus, à la frontière espagnole. Il s’agit, selon le concessionnaire, du « premier grand projet du plan de relance autoroutier » lancé par le gouvernement en septembre 2015 – après d’âpres discussions entre les services de l’Etat et les sociétés concessionnaires.

Le président de la République, accompagné pour la circonstance de Pierre Coppey, président de Vinci Autoroutes, s’est dit favorable au lancement d’un nouveau plan d’investissement routier et autoroutier « très rapidement, c’est-à-dire au début de l’année prochaine », « sans qu’il en coûte aux contribuables et sans que ce soit pour les villes une charge supplémentaire » a-t-il déclaré. Pour l’heure, aucun montant n’a été avancé par les différentes parties prenantes et des réflexions doivent encore être menées pour identifier les chantiers et les opérations à réaliser. « Cent nouveaux projets appellent des investissements pour améliorer la circulation périurbaine », a indiqué Pierre Coppey, qui a évoqué les liaisons routières et autoroutières autour de grandes villes comme Paris, Agen, Lyon, Nice, Toulouse, Bordeaux ou encore Nantes.

 

« Cent nouveaux projets » routiers et autoroutiers


« C’est naturellement pour nous une très bonne nouvelle », fait savoir Gilles Calas, directeur de la construction de Vinci Autoroutes. « Il faut considérer cette déclaration comme un nouvel élan pour l’activité routière, même si ce nouveau plan d’investissement doit encore se traduire en opérations concrètes. » Parmi les pistes d’ores et déjà envisagées pour « répondre aux besoins qui s’expriment localement un peu partout », selon le dirigeant, figurent des élargissements de chaussées mais aussi la création de voies partagées (des voies dédiées à la fois aux véhicules individuels et aux transports collectifs). « Nous pouvons également envisager des extensions des réseaux concédés en zones urbaines et périurbaines, comme c’est le cas par exemple aujourd’hui pour nous avec le tronçon de l’autoroute A57 qui traverse la ville de Toulon », avance Gilles Calas.

Sur les 3,27 milliards d’euros engagés dans le cadre du plan de relance gouvernemental signé en 2015, deux milliards d’euros sont pris en charge par Vinci Autoroutes (Autoroutes du sud de la France, Cofiroute, Escota et Arcour), en contrepartie de l’allongement de la durée du contrat de concession qui lie le groupe à l’Etat. Ces deux milliards permettront de réaliser un tiers des 21 chantiers prévus dans 31 départements – dont celui de l’autoroute A9 estimé à 180 millions d’euros.

Selon les sociétés concessionnaires, le « premier » plan de relance autoroutier doit créer pas moins de 10 000 emplois directs et indirects d’ici 2024. Aujourd’hui, 11 % du montant total des investissements ont déjà été engagés par les autoroutiers, et 80 % le seront dans les cinq années à venir.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X