Paysage

François Félix (FNPHP) : « Les producteurs de végétaux d’ornement se mobilisent dans la formation »

Mots clés : Apprentissages - Enfance et famille

Alors que la Fédération nationale des pépiniéristes et horticulteurs professionnels (500 adhérents, soit 10% de la profession) prépare son 70e anniversaire, son président François Felix livre une approche combative et unitaire du syndicalisme. Son parcours personnel traverse toute la filière du paysage : concepteur de formation, il est revenu au monde des roses par atavisme familial et par passion personnelle.

Pourquoi la FNPHP (1) fêtera-t-elle ses 70 ans à Eurodisney Paris, les 18 et 19 juin prochains ?

François Félix : Grâce à l’union des pépiniéristes, le chantier de Villages Nature symbolise un exemple à suivre par les donneurs d’ordre : même un groupe international peut choisir les approvisionnements locaux. Mieux vaut montrer les bons exemples, rendus possibles par une organisation efficace, plutôt que de se complaire dans des jérémiades : c’est du moins ma conception du syndicalisme.  C’est aussi celle de la FNPHP dans ses différentes composantes, et dans son engagement aux côtés de l’interprofession, autour d’un liant : le végétal. La défense des producteurs français, symbolisée par le lieu du congrès, se concrétise également dans la gestation d’un guide du consommer local que publiera le ministère de l’Agriculture et dont nous fournirons le contenu. Appliquée aux végétaux d’ornement, cette publication reprend le modèle d’un « guide du manger local » destiné à la restauration collective.

 

Quel regard rétrospectif portez-vous sur l’histoire la fédération ?

FF : Arrêtons-de dire : « c’était mieux avant » ! Pour l’essentiel, les problèmes d’aujourd’hui se posaient déjà hier. Ce constat ressort du travail entrepris par Christian Ogier, notre ancien secrétaire général, qui remet en forme notre histoire, par tranches de cinq ans. 

 

Quels thèmes fédérateurs contribuez-vous à porter au sein de l’interprofession ?

FF : Avec les directeurs de services d’espaces verts de l’association Hortis et les concepteurs de la fédération française du paysage, nous travaillons depuis deux ans à l’élaboration d’une offre commune dans le domaine de la formation. J’observe un déficit de connaissances dans les techniques végétales. La transmission des savoir-faire, dans les soins aux plantations et aux arbres, relève de la responsabilité des producteurs.

 

Faut-il poser des frontières éthiques aux recherches sur l’amélioration génétique des plantes ?

FF : Pour peser dans ce débat, nous devons nous en saisir avant que ses conclusions ne s’imposent à nous à l’issue de travaux sur les gènes humains. Avant tout, la FNPHP veut préserver les dimensions artistique et artisanale qui président à la création de nouvelles variétés, à l’issue d’un travail de sélection naturelle. A l’inverse, les OGM risquent de dénaturer la profession et de provoquer le rejet du public. Mais participer aux progrès de la connaissance reste essentiel : la FNPHP se réjouit de l’avancée du programme Rosa Fortissima porté par l’Inra depuis 2012 et rendu possible par le recrutement d’un chercheur spécialisé dans les maladies du rosier.

 

Avec le recul, ne regrettez-vous pas d’avoir abandonné la conception paysagère au profit des pépinières ?

FF : Choisir, c’est renoncer. Paysagiste diplômé de formation et fils de rosiériste lyonnais, j’ai cumulé les deux activités. L’amour des roses a finalement repris le dessus, mais ma formation initiale facilite l’activité de conseil aux clients et la capacité à conduire les projets. Cultiver un esprit ouvert permet d’éviter de passer à côté des choses importantes et de pratiquer mon métier dans l’esprit de polyvalence qui a présidé à son épanouissement, au XVIIIe siècle.

(1) La Fédération nationale des pépiniéristes et horticulteurs professionnels compte 500 adhérents, soit 10% de la profession.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X