Vie de l'entreprise

Fragments de clivage : ce n’est pas de l’amiante, mais c’est peut-être aussi dangereux

Mots clés : Produits et matériaux - Sécurite civile

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) vient de rendre son rapport attendu sur la question de la nocivité des fibres d’actinolite non amiantifère.

C’est en 2014 que certaines collectivités locales ont tiré la sonnette d’alarme : un « nouveau » type d’amiante, l’amiante-actinolite, était découvert dans certains granulats d’enrobés routiers. Jusqu’ici seul le chrysotile, un autre type d’amiante, ajouté intentionnellement pendant des années par les fabricants d’enrobés du fait de ses propriétés physiques, était recherché dans les enrobés routiers.

Pour traiter le problème de l’exposition des salariés aux poussières d’amiante-actinolite, l’application de la réglementation « amiante » suffit. Mais il y a un hic : certains matériaux qui ne sont pas de l’amiante, une fois soumis à une contrainte mécanique, peuvent diffuser des particules appelées « fragments de clivage ». Or ces particules, note l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), « peuvent parfois être comptabilisées, du fait notamment de leurs caractéristiques dimensionnelles, comme des fibres d’amiante ».

L’Anses avait donc été saisie pour notamment répondre à une question d’importance pour les acteurs des TP : quelle est la nocivité réelle de ces fragments de clivage, notamment les...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X