Logement

Fondation Abbé Pierre : « 400 000 enfants logés dans des situations dramatiques »

Dans son quinzième rapport, la Fondation Abbé Pierre se penche sur cette année sur le sort des enfants « victimes collatérales du mal-logement ».

D’abord ce chiffre, insupportable : sur 13 millions d’enfants vivant en France, 591.585 sont soit non logés soit mal logés « dont 400.000 dans des situations dramatiques », souligne Patrick Doutreligne, délégué général de la FAP. Enfants à la rue (16.000 SDF, selon une enquête de l’Insee datant de 2001), vivant dans des abris de fortune (cabanes, garages…), hébergés chez des tiers, dans des hôtels meublés, dans des logements sur-occupés… aucune forme du mal logement n’épargne les enfants. Les conséquences sont désastreuses pour leur santé physique (affections respiratoires, troubles du sommeil, mauvaise alimentation, hygiène ou pire saturnisme) et mentale, leur parcours scolaire et même pour leur lien social : « les enfants mal-logés ne reçoivent pas leurs copains chez eux et inversement », note Patrick Doutreligne. Sans compter le traumatisme de l’expulsion.
Le mal-logement a donc « un effet cumulatif sur l’avenir des enfants pauvres », souligne la fondation : la dégradation des relations familiales liés à un habitat dégradé (violences, altération de l’image parentale…) peuvent induire soit des comportements agressifs ou au contraire de repli.

« Une voiture qui fonce dans le mur tous phares allumés »

Analysant les politiques publiques en matière de logement, la Fondation s’inquiète de « la fin des grandes ambitions » et déplore une action « au coup par coup ». Patrick Doutreligne a fustigé une nouvelle fois une « politique aveugle aux besoins sociaux » : « Il faudrait 150.000 logements sociaux en plus », a-t-il assuré en « relativisant »la hausse actuelle de la production : la hausse des financements de PLA d’insertion (les HLM les plus sociaux), passés de 5.400 en 2001 à 20.000 en 2009 étant orientée « plus sur des structures collectives que sur des logements familiaux, indispensables pour répondre à la demande ».
Dénonçant « une politique qui ne combat pas les inégalités mais les creuse », la Fondation a assuré qu’un logement bénéficiant du Scellier coûtait 60.000 euros (pour un bien de 240.000 euros), soit « le double d’un PLUS (HLM « ordinaire »). « On assiste à une solidarité inversée car le Scellier est payé par les contribuables alors qu’il contribue à l’enrichissement d’une partie de la population sans contrepartie ». Autre souci de la fondation : « la situation financière des départements très préoccupante car ils participent au financement du logement social ».
La FAP en appelle donc à « une forme de régulation du marché ». « Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin d’une intervention forte du politique », explique le délégué général de la Fondation qui estime que l’on « est dans la situation d’une voiture qui fonce dans le mur tous phares allumés ». Elle a d’ailleurs invité lundi après-midi tous les responsables des grandes formations à s’exprimer sur ce sujet.

Parmi ses propositions : dans tout programme neuf, 30% de logements accessibles publics ou privés, la construction de 150.000 logements sociaux chaque année dont 30.000 PLA d’insertion familiaux pendant 5 ans, le lancement d' »une grande politique de conventionnement au niveau national » : au lieu de préconiser un blocage des loyers, la Fondation demande « à chaque remise en location, une indexation du loyer sur IRL » (l’indice de référence des loyers) pour que cessent les dérapages constatés lors des relocations, un bouclier énergétique pour lutter contre la précarité… A propos du partage du coût des travaux locataires/propriétaires, Patrick Doutreligne assure « ne pas y être opposé, à condition que cela ne concerne pas les plus fragiles »…

Télécharger le rapport 2010 sur le mal-logement

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X