Paysage

Foisonnement patrimonial au carrousel du Louvre

Mots clés : Conservation du patrimoine - Enfance et famille - Manifestations culturelles

340 exposants et une cohue bon enfant : pour sa 22ème édition, le salon international du patrimoine culturel a confirmé le foisonnement d’initiatives et l’engouement du public, du 3 au 6 novembre au Carrousel du Louvre. Ce constat s’ajoute à celui des synergies possibles avec d’autres thèmes fédérateurs, comme le montre l’exemple du paysage.

L’enthousiasme de MétalVert pourrait inspirer d’autres acteurs de la filière paysage : pour sa première expérience au salon international du patrimoine culturel, le fabricant de folies et de structures métalliques pour parcs et jardins fait le plein de prospects. « J’avais prévu 200 catalogues, il ne m’en reste plus que cinquante pour les deux derniers jours. Certains visiteurs voudraient même me l’acheter », constate Baptiste Joly, cogérant de l’entreprise de  Brion (Vienne) le 4 novembre au terme de sa seconde journée au Carrousel du Louvre.

 

Luxe et passion

 

Venu de Courbevoie (Hauts-de-Seine) pour occuper le stand qui fait face à celui de MétalVert, le concepteur de jardins classiques Christian Fournet vérifie chaque année la synergie entre paysage et patrimoine, auprès d’une clientèle à hauts revenus, comme en atteste sa présence renouvelée au salon, depuis trois ans. Détenteur du label « Entreprise du patrimoine vivant », Christophe Bossuat, P-DG de Serres et Ferronnerie d’art, qui emploie 19 salariés à Savigny-sur-Braye (Loir-et-Cher), donne les clés pour comprendre : « Nos prestations chères ne répondent pas à des besoins, mais à des envies. Ce positionnement sur le marché du luxe nous donne accès à des endroits magnifiques et à des gens passionnés »… L’expérience d’une reconversion heureuse nourrit son témoignage : ancien conseiller en stratégie d’entreprise, Christophe Bossuat a opté pour les serres voici cinq ans, après avoir découvert au salon du patrimoine la ferronnerie qu’il a rachetée.

 

Savoir-faire précieux

 

L’entretien de savoir-faire rares au service d’« endroits magnifiques » fait partie des fils conducteurs du salon. Les maisons paysannes de France y font la promotion de leur formation « Atheba », déclinée depuis 2014 en direction des professionnels, sous le titre « Atheba pro » : centré sur les économies d’énergie et le bâti ancien, le catalogue inclut les abords des bâtiments. L’association entre intérieur et extérieur marquera aussi la « maison des patrimoines » qui naîtra début 2017 dans le nord meusien, à l’initiative de la communauté de communes du pays de Montmédy et de ses partenaires belges, dans le cadre d’un projet transfrontalier inscrit au programme Interreg : « Les haies, les murs en pierre sèche et les ripisylves entrent dans le champ de ce projet mené avec le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de Meuse », souligne Laurent Marconi, directeur adjoint de la communauté de communes.

L’embellissement de l’espace public se trouve au cœur d’une autre initiative portée par deux exposants : la fédération Patrimoine Environnement et Sites et cités remarquables relancent le concours des « entrées de ville », dont le jury se réunira le 25 novembre avec la participation de Paysage Actualités. Ces deux structures font partie des 10 signataires de la « Lettre ouverte aux français et à leurs élus sur le patrimoine », qui ont utilisé le salon comme rampe de lancement de leurs 22 propositions.

 

Du lobbying au crowdfunding

 

Autre illustration d’une ambiance propice au lobbying, favorisée par le brassage entre acteurs publics et privés du patrimoine, les défenseurs des moulins espèrent vaincre par la culture les obstacles que dressent les pêcheurs : « La loi biodiversité a abrogé l’amendement que nous avions obtenu un mois plus tôt dans la loi Culture, architecture patrimoine, pour défendre nos ouvrages », s’insurge Alain Forsans, président de la fédération française des associations de sauvegarde des moulins (110 associations membres, représentant plus de 10 000 personnes). Une dynamique de dialogue entre les ministères de la Culture et de l’Environnement s’est néanmoins ouverte après ces péripéties.

Au militantisme associatif classique, s’ajoute désormais le financement participatif, incarné par deux jeunes diplômés de l’école de commerce de Lille, fondateurs de la plateforme Dartagnans, née en septembre 2015 et membre de l’association Finance participative France. Le sauvetage d’une pergola du jardin à l’anglaise du bois des Moutiers, à Varangéville-sur-Mer (Seine-Maritime), a fait partie des premières causes défendues avec succès par les deux associés âgés de moins de 30 ans Romain Delaune et Bastien Goullard. Ceux qui veulent contribuer à rénover la place centrale de Lupiac (Gers), le village natal de D’Artagnan, peuvent encore souscrire jusqu’au 10 novembre.

 

Focus

Deux gestes d’or paysagers

40 prix ont récompensé l’excellence dans la création et la sauvegarde patrimoniales, à l’initiative de l’Association Le Geste d’Or, les 4 et 5 novembre au Carrousel du Louvre.

Pour un jardin partagé et co-construit avec les locataires d’Emmaüs Habitat à Osny (Val-d’Oise), l’agence de paysage Complemeterre a décroché le « prix de la démarche sociale » du Geste d’Or. Le lauréat a tenu à souligner la part de l’ensemble des parties prenantes dans cette récompense qui donne ses lettres de noblesse patrimoniale aux quartiers d’habitat social et à un projet vécu comme une expérience collective, dans le prolongement d’une réhabilitation.

Une autre opération sert d’emblème à l’aménagement de l’espace public comme complément d’une rénovation : la revue Paysage Actualités a remis son Geste d’or aux acteurs de la restauration du palais communal de Nice, qui a tour à tour servi de mairie et de bourse du travail. En l’absence de représentants de la mairie, les entreprises De Angelis (chaux et sable) et Ortolani (zinguerie) ont reçu le trophée. Deuxième phase du projet programmé en 2017, la rénovation de l’esplanade et du cloître attenants achèvera de rendre vie à l’espace destiné à accueillir le marché aux poissons.  

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X