Culture

Fleur Pellerin, le patrimoine et la 3D

Mots clés : Architecture - Conservation du patrimoine - Gouvernement - Manifestations culturelles

A quelques jours de l’examen du projet de loi « Liberté de la création, architecture et patrimoine », la ministre de la Culture, dans une interview à notre confrère Libération, a décidé de donner aux chercheurs les moyens d’une reconstitution 3D pour conserver la trace des monuments préislamiques syriens et irakiens détruits par l’organisation Etat islamique.

Après les dernières destructions perpétrées à Palmyre (Syrie), Fleur Pellerin affirme dans les colonnes de Libération « la priorité absolue » à accorder à la lutte contre Daech, « pour protéger les populations qui sont massacrées chaque jour. Le président de la République a pris des engagements forts en ce sens. Je suis aussi profondément meurtrie par les destructions du patrimoine que Daech a mises en scène au cours des derniers mois, et qui semblent s’accélérer. Il y a urgence. S’en prendre à un peuple, à sa mémoire, c’est l’attaquer dans son essence même, dans son humanité. Dans le cas de Palmyre, comme dans celui de Mossoul ou Nimroud, il s’agit d’ailleurs du patrimoine de l’humanité tout entière… »

Elle dit également son souhait de « conserver la mémoire de ce patrimoine, non seulement en Europe mais dans le monde entier » en imaginant constituer « une collecte de données qui devra être la plus large possible. Des données architecturales, ou visuelles comme les photographies ou les représentations des différents sites, pourront permettre de les reconstituer et de les présenter en réalité virtuelle ou augmentée. »

Et même si « rien ne remplacera jamais ces trésors de l’humanité », Fleur Pellerin affirme « réfléchir avec les institutions culturelles, à la manière dont nous pourrons, à travers la commande publique, avec des œuvres, des manifestations, honorer la mémoire de ceux qui sont tombés pour le patrimoine. Il serait tristement ironique que sombrent dans l’oubli ceux qui ont sacrifié leur vie à la préservation de la mémoire commune de l’humanité. »

Interview à lire ici.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X