Aménagement

Feu vert à aménagement du futur aéroport international de Berlin

La Cour administrative d’appel fédérale allemande de Leipzig (est) a donné son feu vert jeudi sous conditions à l’aménagement du futur aéroport international de Berlin, dont la mise en service très controversée est prévue en novembre 2011.

La plus haute juridiction administrative avait ordonné en avril 2005 la suspension provisoire de tous les travaux d’aménagement du nouvel aéroport, donnant gain de cause à plusieurs recours formés par des riverains.
Dans son jugement définitif, la Cour a finalement décidé d’accepter le projet, qui remonte à plus de dix ans, mais en y apportant des restrictions, avec notamment l’interdiction des vols de nuit. La justice a également ordonné des mesures renforcées pour protéger les riverains des nuisances sonores.
Quelque 4.000 riverains avaient porté plainte contre ce projet estimé à deux milliards d’euros et qui devrait à terme permettre à Berlin d’avoir un seul aéroport et non plus trois comme actuellement.
Ces opposants considèrent le projet « surdimensionné », estiment le processus d’aménagement illégal et déplorent un choix du lieu inapproprié. Ils croient aussi que les responsables n’ont pas suffisamment examiné la possibilité de faire construire le nouvel aéroport à un autre endroit.

Le nouvel aéroport, baptisé Berlin-Brandebourg International (BBI) et qui pourra accueillir quelque 22 millions de passagers, sera situé sur le terrain de l’actuel aéroport de Schönefeld, au sud-est de la capitale.
Cet aéroport était celui de Berlin-Est du temps de la division de l’Allemagne. Dans l’ex Berlin-Ouest, deux aéroports coexistent: celui de Tegel (nord-ouest), qui accueille aujourd’hui la majeure partie du trafic aérien, et celui, plus petit, de Tempelhof (sud). Mais leur agrandissement est rendu impossible par le fait qu’ils sont tous deux situés en pleine ville.

Focus

Repères


La question de la construction d’un grand aéroport à Berlin est débattue depuis plus d’une décennie. A l’heure actuelle, Berlin n’est que la quatrième plateforme du pays derrière Francfort, Munich (sud) et Düsseldorf (ouest).
A l’exception d’une ligne transatlantique, les vols au départ de Berlin ne desservent quasiment que l’Europe. Les milieux économiques, notamment les patrons de grandes entreprises, se plaignent souvent de « l’isolement » de Berlin, qui peine, près de seize ans après la réunification, à devenir une métropole économique à l’instar de Munich, Francfort ou Hambourg (nord).
L’aménagement du nouvel aéroport pourrait en outre permettre la création de quelque 40.000 emplois, selon les estimations.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X