Projets

Fayat Bâtiment construira l’Arena du Pays d’Aix

Mots clés : Architecte - Entreprise du BTP - Industriels du BTP - Réglementation

Associé aux architectes Auer Weber et Christophe Gulizzi, Fayat Bâtiment a décroché ce contrat en conception-réalisation. Le projet représente 70 millions d’euros d’investissements TTC et doit être livré à l’été 2017.

Le groupement Fayat Bâtiment (mandataire) avec l’agence Auer-Weber, l’architecte Christophe Gulizzi, les bureaux d’études CTE et Artelia, VRI, Serec, Kanju, Altia, R2M, Axima Concept, Ineo Provence-Côte d’Azur est lauréat, en conception-réalisation, du concours du futur palais de sports multifonctionnel d’Aix-en-Provence qui doit voir le jour sur le site de Luynes-Trois Pigeons.

Un concours lancé il y a quelques mois par la communauté d’agglomération du Pays d’Aix, via sa SPLA Pays d’Aix Territoires et qui a vu s’affronter en finale quatre groupements: Eiffage Construction/Chaix et Morel, Léon Grosse/Ricciotti, GTM Sud/Chabanne et Fayat Bâtiment/Auer Weber et Gulizzi.

«C’est la qualité architecturale du projet Fayat mais aussi sa fonctionnalité, la maîtrise de son coût d’investissement et d’exploitation qui ont emporté les suffrages du jury» explique Gérard Bramoulé, vice-président de la CPA et président de la SPLA Pays d’Aix Territoires.

Pour ce futur équipement sportif phare de l’agglomération, dont le club résident sera le Pauc Handball (Pays d’Aix Université Club Handball), l’équipe Auer Weber et Christophe Gulizzi, a conçu un bâtiment signal en bordure de l’autoroute Aix-Marseille, tout en courbe, où la notion de façades disparaît au profit d’une stratification de bandes dynamiques superposées, des rubans d’aluminium bruts qui semblent flotter dans le paysage. «Un palais des sports n’est pas un gymnase agrandi. C’est un théâtre contemporain, le lieu d’accueil d’événements et il doit imposer son statut de bâtiment public» justifie l’architecte aixois Christophe Gulizzi qui a déjà réalisé avec Fayat le complexe sportif Z5, non loin de ce site.

 

Forte modularité

 

A l’intérieur, cette Arena, conçue sur le modèle du «chaudron», va offrir dans sa salle principale une capacité d’accueil pouvant varier de 6000 places (configuration handball) à 8500 places pour les spectacles. La modularité sera renforcée avec la conception des tribunes en couronne, permettant de passer à 3500 places (demi-jauge) et la présence d’une tribune rétractable de 1000 places.

 

 

Une salle annexe de 1000 places, pour l’entraînement du Pauc Handball, également extensible à 2000 places, prolonge cette grande salle avec, en trait d’union, un espace VIP et les locaux d’administration du club, des zones qui seront éclairées par de grands patios.

Le projet est chiffré à 70 millions d’euros TTC (50 millions d’euros HT pour les travaux) et sera couplé à un pôle multimodal et à une zone de stationnement de 1200 places (bus et VL). «L’approche environnementale et les économies d’énergies nous ont aussi beaucoup mobilisés. Le bâtiment sera RT 2012 -10% et -20% selon les zones, des équipements performants comme des chaudières à condensation seront mis en œuvre. Pour les espaces extérieurs, les zones de parkings sont étagées et traitée de manière à drainer l’eau et à privilégier son infiltration et sa récupération» explique Eric Ferrari, le président de Fayat Bâtiment.

 

 

La Métropole va récupérer la maîtrise d’ouvrage

 

Après une phase d’études détaillées, la mise au point et l’obtention du permis de construire, le lancement des travaux est prévu début 2016 pour une livraison à l’été 2017. Un calendrier qui ne permettra pas à Aix-en-Provence d’accueillir la coupe du monde de handball qui va se dérouler en France début 2017 alors que la ville avait un temps postulé. «Nous avons perdu du temps à cause de l’Etat qui a refusé de voir cet équipement s’installer aux Milles, ce qui était notre première intention. Ensuite, à cause d’autorisations tardives, il était impossible de rattraper le retard» justifie la maire d’Aix et présidente de la CPA, Maryse Joissains-Masini. La maîtrise d’ouvrage de ce projet, qui est aujourd’hui lancé par la CPA, va aussi passer en 2016, à la future Métropole Aix Marseille Provence. Pourrait-il alors être remis en cause, d’autant qu’il va falloir encore en boucler le plan de financement, lancer ensuite une DSP pour l’exploitation ? Et Marseille a aussi dans les cartons un projet d’Arena, sur Euromediterranée 2… Bien difficile aujourd’hui d’apporter des réponses à ces questions qui vont dépendre des acteurs qui demain seront aux manettes de la Métropole Aix-Marseille.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X