Immobilier

Face au Louvre-Lens, des corons vont devenir hôtel

Mots clés : Hôtels et pensions de famille

Le bailleur Maisons & Cités (Soginorpa) va transformer vingt-six maisons de mineurs en hôtel quatre étoiles. Esprit de France en sera l’exploitant. Ouverture annoncée en 2016.

Un bailleur social a-t-il vocation à se diversifier dans l’hôtellerie ? A l’unanimité, moins trois abstentions, le conseil d’administration de Maisons & Cités a répondu oui. «Il faut lire cette décision comme un acte de confiance dans le développement touristique de l’agglomération de Lens-Liévin, explique Dominique Soyer, directeur général de l’ESH. Ou l’on croit à l’Anru ou l’on n’y croit pas. Le renouvellement urbain est-il uniquement une question de logement ou englobe-t-il tout ce qui peut y contribuer ? »

Maisons & Cités a donc décidé de prendre un risque et d’investir dans ce projet débordant de son périmètre. 8,8 millions d’euros HT vont être investis dans la transformation de vingt-six maisons de mineurs en hôtel quatre étoiles. Le bailleur a prévu d’injecter 2 millions d’euros de ses fonds propres dans l’opération. L’exploitant de l’hôtel, Esprit de France, en fera autant. Maisons & Cités empruntera le reste.

L’idée d’un hôtel typique dans l’esprit des corons ne date pas d’hier. Elle remonte aux origines du projet Louvre-Lens. La sous-préfète de l’époque avait réuni un groupe de réflexion pour envisager les opérations susceptibles d’accompagner la construction du musée et de créer les conditions d’un développement économique. La transformation de logements miniers en hôtel avait alors été évoquée.

 

Quatre étoiles au prix de trois

 

Après étude de marché, le curseur a été placé sur un bloc de maisons situé juste en face du Louvre, rue Paul-Bert, où une école va par ailleurs être transformée en pôle numérique culturel (lire notre article «Lens: le souffle du Louvre». Des maisons auxquelles avait déjà été donné un petit coup de jeune, histoire de ne pas trop heurter l’œil du visiteur, mais compliquées à réhabiliter en logements répondant aux normes d’aujourd’hui. L’aménagement de celles-ci en hôtel sera plus simple: dans chaque unité, une chambre au rez-de-chaussée, une à l’étage, et aux extrémités de l’ensemble, les parties communes, l’accueil notamment. Confort quatre étoiles mais au prix d’un trois, soit entre 85 et 90 euros la nuitée. Au-delà, c’eut été déplacé sur cette terre de douleur. Les travaux pourraient débuter au second semestre 2015 pour une livraison en 2016. D’ici là, il faudra tout de même avoir relogé les 19 locataires encore présents dans les lieux.

En attendant, le Louvre-Lens continue d’essaimer. Il y a le projet de résidence d’artistes dans l’ancien presbytère de la Cité 9 porté par François Pinault – la Cité 9 dont Maisons & Cités entend faire un «démonstrateur Rifkin», comprenez un laboratoire de la Troisième révolution industrielle théorisée par l’essayiste américain. Et puis le 12/14, inscrit à l’Unesco et qui va bénéficier des fonds du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU). Dominique Soyer revendique «une politique globale d’investissement sur Lens».  Alors que le 26 janvier, le président du conseil régional Nord-Pas-de-Calais Daniel Percheron répétait, lors de ses vœux, que la collectivité était décidée à faire aboutir le projet d’un RER reliant Lille au Bassin Minier. La perspective d’un développement interstitiel qui pourrait pousser Maisons & Cités à sortir une nouvelle fois de son périmètre, géographique celui-là.

 

Focus

Créée par Charbonnages de France, Soginorpa est chargée depuis 1986 de la gestion d’un patrimoine de quelque 60 000 logements miniers (dont 40 % entrent dans le périmètre classé par l’Unesco). Le groupe Maisons & Cités s’est constitué à partir de 2002, année de naissance de l’Etablissement public de gestion immobilière du Nord-Pas-de-Calais (Epinorpa) et du rachat par celui-ci de Soginorpa. Après s’être lancé dans la construction (près de 1 300 logements neufs livrés depuis 2007), Maisons & Cités s’est transformé en société anonyme d’HLM au 1er janvier 2014. Une mutation réalisée en à peine un an, démontrant l’agilité de l’entreprise et sa capacité à s’ouvrir de nouveaux horizons. Dimensionnée statutairement pour répondre à ses besoins, celle-ci s’emploie désormais à élaborer sa stratégie à cinq-dix ans. Logement social stricto sensu ou pas ? Bassin Minier ou au-delà ? Le projet hôtelier de Lens participe déjà de ce nouvel équilibre à trouver. En 2015, Maisons & Cités devrait investir 290 à 300 millions d’euros (contre 240 en 2014).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X