Entreprises de BTP

Expulsion de 19 ouvriers polonais du BTP

La Justice française a rejeté lundi le recours en annulation de 19 ouvriers Polonais, employés irrégulièrement sur un chantier à Prugnes (centre) et contre qui des arrêtés de reconduite à la frontière ont été pris, a indiqué une source préfectorale.
« Les requêtes ont été rejetées. On va s’assurer que ces personnes quittent prochainement le territoire et que tout se passe dans la sérénité », a indiqué à l’AFP Patrick Lapouze, secrétaire général de la préfecture de l’Allier.
Pour travailler légalement en France, ils auraient dû obtenir une autorisation de travail ou être détachés par une entreprise présente dans les deux pays, selon la même source.
Les ressortissants de la Pologne, pays entré dans l’Union européenne le 1er janvier 2004, ne bénéficient pas d’une totale liberté de circulation dans l’UE (comme tous les nouveaux entrants hors Chypre et Malte).
Mais l’association Cimade (Conseil d’entraide oecuménique), qui soutient les étrangers en instance d’expulsion, estime que « cet exemple illustre une tendance générale au durcissement depuis le 1er janvier et l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie (…). Par ricochet, ça touche les Polonais, les Lettons… ».
Une procédure judiciaire est en cours contre l’employeur et les donneurs d’ordre de ces ouvriers, selon la préfecture.
AFP
Nous écrire : courrier.moniteur@groupemoniteur.fr

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X