Événement

Exposition universelle de 2025: Le projet de «Village global» dévoilé

Le 3 mai, Jean-Christophe Fromantin, président d’ExpoFrance 2025, a dévoilé le projet de candidature française à l’Exposition universelle de 2025. Il prévoit la création d’un «Village global», installé dans le Grand Paris, dominé par une sphère de 127 m de diamètre.

C’est une étape de plus dans la course à l’organisation de l’Exposition universelle de 2025. Le 3 mai, Jean-Christophe Fromantin, député-maire de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), président d’ExpoFrance 2025, a présenté les grandes orientations du dossier de candidature de la France. Pierre angulaire du projet, le «Village global», installé dans le Grand Paris, au-delà du périphérique parisien, s’étendrait sur une cinquantaine d’hectares. Son cœur serait matérialisé par une sphère, d’un diamètre de 127 m, inspiré du projet inabouti de globe terrestre au 100 000e conçu par le géographe Elisée Reclus pour l’Exposition universelle de 1900.

 

Des pavillons nationaux d’un nouveau type

 

«Invitation à parcourir la planète à la découverte des territoires et des cultures», le globe imaginé par ExpoFrance 2025 serait entouré d’un village «avec des rues, des avenues, des places». Cet espace, d’environ 30 hectares, accueillerait les pavillons nationaux, d’un type nouveau: «Sous de grands auvents assemblés en une toiture unique, chaque pays disposera d’un ou de plusieurs modules, d’environ 500 m2 chacun», décrit le dossier de présentation. Ces pavillons, «polyvalents et évolutifs préfigureront une architecture moins formelle au service des usages, avec une plus grande attention aux contenus, aux cultures et aux contextes géographiques», est-il encore précisé.

Troisième strate du «Village global»: les jardins. «Interprétation contemporaine des jardins à la Française», ils se déploieraient autour du village sur une vingtaine d’hectares, une superficie comparable à celle du Luxembourg (23 ha) ou des Tuileries (25 ha).

 

Des forums thématiques dans une douzaine de métropoles

 

Enfin, le site principal de l’Exposition universelle serait relié à une douzaine de métropoles françaises qui accueilleraient des «forums thématiques». Lille, Strasbourg, Nancy, Marseille, Montpellier, Reims sont d’ores et déjà mobilisées.

Le projet porté par ExpoFrance 2025 rompt donc assez nettement avec la forme actuelle des Expositions universelles: un site unique, assez étendu, de 110 hectares (Milan) à 500 hectares (Shanghai), où les Etats rivalisent d’audace architecturale pour construire les pavillons nationaux. «La candidature de la France ne rassemblera à aucune autre. Mais ce projet est fidèle aux grands principes de la charte des Expositions universelles», assure-t-on à ExpoFrance 2025.

 

Dépôt de la candidature courant mai

 

Après le dévoilement du projet, un nouveau pas sera franchi dans quelques jours. Selon ExpoFrance 2025, «les éléments pour la lettre de candidature seront proposés au président de la République courant mai afin de formaliser l’engagement de la France auprès du Bureau international des expositions». Le choix du pays hôte interviendra en 2018.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X