Culture

Expo : quand l’architecture efface le handicap

Mots clés : Architecture - Handicap

Alors que le programme Bazed pour un bâtiment adaptable tout au long de la vie est en cours de finalisation, la Maison de l’architecture et de la ville (MAV) du Nord-Pas-de-Calais présente jusqu’au 20 juin une exposition très originale. De la France aux pays scandinaves en passant par les Etats-Unis, le Japon ou l’Afrique, la vingtaine de projets mis en lumière montre à quel point l’architecture peut favoriser le vivre ensemble.

L’architecture du handicap renvoie généralement de manière réductrice à l’ajout de «prothèses» incongrues sur des bâtiments déjà édifiés: monte-charges, rampes d’accès, barrières protectrices… Au-delà de la perte de cohérence architecturale, cette image inscrite dans l’inconscient collectif a pour effet de stigmatiser encore plus les déficiences des hommes, qu’elles soient d’ordre physique, sensoriel, mental ou cognitif.

Dans quelle mesure l’architecture peut-elle dépasser le handicap et influer sur nos représentations sociales dans ce domaine, voire changer nos mentalités ? C’est la question que pose l’exposition de la MAV du Nord-Pas-de-Calais « Quand l’architecture efface le handicap », à Lille, à travers la présentation de 24 projets réalisés de par le monde. Quatre thématiques sont traitées: la perte de mobilité, la perte de sens, la rééducation physique et l’incapacité psychologique et psychiatrique.

Comment à la fois être et ne pas être un hôpital psychiatrique ? Une redéfinition de la typologie classique de ce genre d’établissement s’imposait pour les architectes de Plot, maîtres d’œuvre de la réalisation de l’hôpital d’Elseneur au Danemark. Ceux-ci se sont ainsi attachés à matérialiser une organisation centrale nécessaire pour le repère des patients tout en leur offrant liberté et autonomie par une architecture en forme de flocon de neige, qui se disperse dans la nature.

A Londres, la Tree House a été conçue par l’agence 6a architects pour une mère de famille devenue tributaire d’un fauteuil roulant et se retrouvant confinée dans une seule pièce de sa maison. Sur la base de la réunion dans les années 70 de deux cottages en briques datant de 1830, une extension en bois a été mise à profit pour connecter tous les niveaux. La structure sinue et se dilate entre les arbres d’un jardin afin de créer une déambulation pour sa propriétaire.

A Muyinga, au Burundi, BC Architects a édifié avec des matériaux locaux (briques de terre compressée et tuiles en terre cuite) et selon une méthode participative avec les habitants du village, des étudiants et de jeunes architectes européens, une bibliothèque au sein d’une école pour enfants atteints de surdité, un équipement de première importance qui vient casser l’exclusion par notre culture informelle de toute forme de transmission et d’échange.

 

En savoir plus

Jusqu’au 20 juin à la Maison de l’architecture et de la ville Nord-Pas-de-Calais

Place François-Mitterrand (face à la gare Lille-Europe)

Euralille

Contact: 03.20.14.61.15

Une table ronde en présence de trois acteurs sociaux ayant mené des projets architecturaux sera organisée à la MAV le 4 juin à 18h30.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X