Energie

Europe : le dossier de la précarité énergétique tente une percée

« Après 10 années de libéralisation des marchés de l’énergie en Europe et notamment à la lumière du rapport de Mario Monti sur le marché intérieur, les ministres européens de l’Energie ont posé le constat commun d’une prise en compte insuffisante des intérêts du consommateur », indique la présidence belge du Conseil de l’Union européenne pour qui la thématique de la précarité énergétique – qui touche 50 millions d’Européens – doit figurer parmi les priorités de l’agenda politique.

Ce thème a fait l’objet d’un premier examen lundi et mardi par un Conseil informel énergie, en vue de l’élaboration par la Commission d’un rapport qui sera présenté au Conseil énergie du 2 décembre. Les difficultés rencontrées par les consommateurs en matière de facturation, de choix de fournisseurs ou encore la capacité à faire appel à un médiateur indépendant sont monnaie courante en Europe.
Prenant la parole lundi au cours de ce Conseil, Monique Goyens, directeur général du Bureau Européen des Unions de Consommateurs (BEUC) — organisation qui compte parmi ses membres les associations UFC-Que Choisir, la CLCV, etc. –, a déclaré qu’il était « consternant de constater, qu’après la libéralisation des marchés de l’énergie, beaucoup de fournisseurs, au lieu de s’en tenir aux règles d’un marché vraiment compétitif, profitent de la libéralisation pour s’engager dans des pratiques commerciales plus agressives telles que le démarchage à domicile ou par téléphoner pour extirper une signature de contrat ». Tout en reconnaissant un «pas en avant » grâce à l’adoption de règlements et lignes directrices sur la comparaison des prix, l’accès à l’information, les pratiques de facturation et le changement de fournisseurs d’énergie, M. Goyens a estimé que « ces règles doivent maintenant être concrétisées et leur mise en oeuvre strictement contrôlée ». Moyen de lutte contre la précarité, l’efficacité énergétique a également fait l’objet de discussion lors du Conseil. Le chantier de la révision du plan d’action a été lancé. Pour Günther Oettinger, commissaire européen à l’Energie, il s’agit de savoir s’il est possible de rendre contraignant l’objectif fixé en 2007. Mais aussi de le préciser : la baisse de 20% en 2020 est-elle à prendre en compte par rapport à une année de référence ou par rapport aux projections de la consommation énergétique pour 2020 ? De quoi nourrir nombre de débats…

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X