Transport et infrastructures

Euro 2016 : le palmarès des meilleurs stades selon Le Moniteur

Mots clés : Sport

Partiellement rénovés ou entièrement neufs, les enceintes sportives qui accueillent le championnat d’Europe de football 2016 entendent honorer les standards continentaux. La rédaction du Moniteur a testé chacun de ces 10 stades le temps d’un match et a rendu sont verdict.

Notre classement des stades de l’Euro 2016 a été établi selon des critères définis par la rédaction et éprouvés par les journalistes qui ont « testé » ces équipements le temps d’un match. Au total, une quinzaine de caractéristiques ont été passées au crible de notre notation, qui va de 1 (note la plus basse) à 5 points (note la plus haute).

Il n’était pas question en l’occurrence de juger de l’esthétique de ces stades, mais plutôt d’en apprécier les caractéristiques fonctionnelles. Et le match a été serré ! A l’arrivée, l’imposant Parc Olympique lyonnais devance d’un crampon le très élégant Matmut-Atlantique de Bordeaux. Trois stades ex aequo grimpent sur la troisième marche du podium : Pierre-Mauroy (Lille), Allianz Riviera (Nice) et le Stade de France. Mais les cinq autres n’ont en rien démérité…

 

Passez votre souris sur la ville de votre choix pour connaître les notes attribuées au stade, et cliquez en bas de la bulle pour lire l’article correspondant.

 

En premier lieu, nous avons apprécié l’accessibilité des stades, souvent implantés en périphérie des villes. La conclusion de cette enquête sur le terrain est qu’il vaut souvent mieux opter pour la promiscuité dans les transports en commun que prendre sa voiture pour se rendre au match… Absence ou insuffisance de places de stationnement, bouchons pour repartir : le confort automobile est tout relatif !

Si la France ne s’est pas dotée d’équipements équivalents à ceux de ses voisins allemands, anglais ou espagnols, les dix stades de l’Euro offrent généralement une vision du jeu de très bonne qualité, comme à Lens, à Toulouse et dans le mythique Parc des Princes.

Et les services 2.0 (Wi-Fi gratuit, commande à la place, billetterie dématérialisée, etc.) sont désormais de la partie. Tout comme la polyvalence. En un tour de main, nos pelouses peuvent faire place à d’autres sports, voire à des événements non sportifs (des concerts, notamment), pouvant laisser espérer une certaine rentabilité au regard des investissements consentis.

 

Cliquez sur la loupe pour agrandir le tableau récapitulatif du palmarès du Moniteur.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X