Immobilier

Eurexpo va s’agrandir

Mots clés : Rénovation d'ouvrage

Le parc des expositions de Lyon, a posé mardi 5 décembre la première pierre d’un nouveau pavillon, le hall 7, de 9400 mètres carrés, qui doit lui permettre d’accompagner la croissance de ses salons phares. C’est la quatrième extension d’Eurexpo depuis 2011. Elle va porter à 140.000 m² ses surfaces d’exposition et le placera au 12e rang européen.

Eurexpo accueille les salons majeurs que sont la Foire de Lyon, Pollutec (technologies de l’environnement) ou Solutrans (transports). Mais aussi Equita (cheval) et Sirha (gastronomie). Des salons « qui prennent déjà la totalité de la surface » du site, a expliqué à la presse Olivier Ginon, président de l’organisateur de salons GL Events.

Et comme, à compter de l’an prochain, Eurexpo hébergera les années impaires, en alternance avec Paris, le nouveau grand salon de l’industrie, Global Industrie, né de la fusion de quatre manifestations existantes, dont le Midest (sous-traitance), un nouvel agrandissement, le quatrième depuis 2011, s’imposait pour pouvoir organiser plusieurs salons simultanément.

 

 

Un hall 7, de 9400 m2, va donc être construit. Le nouveau bâtiment, dont la première pierre a été posée le 5 décembre, et qui représente un investissement de 16,5 millions d’euros, viendra se greffer par un large couloir aux halls existants, disposés en forme de double chevron. Conçu par l’agence d’architectures AIA Architectures, il pourra, par ailleurs, fonctionner de manière indépendante grâce à son entrée dédiée. Facile d’exploitation, ce hall de plein pied et baigné par la lumière du jour sera opérationnel dans moins d’un an.

Pour la première fois, la construction du nouveau hall n’est pas financée par le propriétaire – le COFIL, association créée en 1921 par le mythique maire Édouard Herriot – mais par l’exploitant, GL Events qui détient 47% de la SEPEL, gestionnaire du site (les 53% restants sont détenus par la Chambre de commerce et d’industrie). Ce dernier a prévu d‘investir 60 millions d’euros sur le site pendant les 30 années de sa concession, dont 20 millions ont d’ores et déjà été déboursés.

 

Pour une meilleur desserte

 

S’il est le premier parc d’exposition français en dehors de Paris, Eurexpo souffre de n’être desservi par les transports en commun que les jours d’exposition. Pour que l’endroit devienne un « lieu de vie, de commerces et de loisirs », il a besoin d’être relié par le tramway sur une base « quotidienne et permanente » avec l’aéroport et la gare de la Part-Dieu, a souligné M. Ginon, appuyé par son « ami » et rival Jean-Michel Aulas (OL Groupe), dont le nouveau grand stade souffre des mêmes maux. Les préoccupations des deux hommes ont, semble-t-il, été entendues par le nouveau président de la Métropole de Lyon David Kimelfeld (LREM), qui a estimé qu’il était « temps de se mettre au travail » sur ce dossier.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X