Economie

Euler Hermes confirme une reprise en demi-teinte du BTP pour 2016

Mots clés : Entreprise du BTP

L’assureur-crédit français a présenté, le 13 octobre, une étude sur la reprise de la construction en France. Après avoir touché le fond en 2015, le secteur devrait enfin commencer à sortir la tête de l’eau.

C’est devenu une arlésienne. Depuis des mois, les analystes promettent une reprise de l’activité dans la construction, sans que le secteur n’en sente encore vraiment les effets. Mais cette fois-ci, Euler Hermes en est convaincu : le BTP devrait repartir à la hausse en 2016 après avoir atteint en 2015 son plus bas niveau depuis plus d’une décennie.

Selon l’assureur-crédit français, qui a publié le 13 octobre un rapport intitulé « Quelle reprise pour le secteur de la construction en France ? », le BTP devrait enregistrer une baisse d’activité de 1,6% en 2015. Des mauvais chiffres « en partie dus à l’important rallongement des délais administratifs, qui crée une inertie entre l’amélioration de la conjoncture et ses effets concrets », pour Anthony Tripard, responsable des risques dans la construction chez Euler Hermes.

Mais l’assureur-crédit se veut rassurant pour 2016. « Un faisceau d’indicateurs laisse penser que la construction va reprendre progressivement dès l’an prochain avec une hausse de 0,7% de l’activité », précise Didier Moizo, conseiller sectoriel BTP d’Euler Hermes.

 

L’inquiétude subsiste dans les TP

 

Dans le bâtiment, la stabilisation des permis de construire constatée depuis avril 2015 laisse présager une reprise des mises en chantier dès le premier trimestre 2016. Les maisons individuelles sont particulièrement concernées. La crainte de l’augmentation des taux d’intérêt devrait encore accentuer le phénomène, en incitant les ménages à investir dans le logement neuf à très court terme. L’amélioration annoncée du pouvoir d’achat devrait, de son côté, bénéficier au secteur de la rénovation. « C’est un très fort levier de croissance potentielle », assure Didier Moizo.

Le bâtiment non résidentiel  reste, lui, en baisse pour la quatrième année consécutive. « Mais le rythme de croissance est stoppé et l’on s’approche d’un point bas », rassure Anthony Tripard.

Globalement, les défaillances d’entreprises devraient reculer de 2% entre 2015 et 2016. Elles pourraient toutefois augmenter au premier trimestre, certaines entreprises n’ayant pas les ressources financières nécessaires pour faire face à la reprise. Côté emploi, la tendance est aussi à l’amélioration puisque 35 000 postes seraient potentiellement menacés en 2016, contre 44 000 en 2015.

Malgré ces indicateurs encourageants, les analystes d’Euler Hermes se disent « beaucoup plus réservés sur les travaux publics ». « Les carnets de commandes ont atteint leur plus bas niveau historique et les délais de réalisation sont particulièrement longs dans le cadre des commandes publiques », avertit Anthony Tripard. « Mais le secteur devrait bénéficier des plans de soutien du gouvernement d’ici la fin de l’année prochaine.»

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X