Réalisations

Et vogue à nouveau la maison de la Batellerie…

Mots clés : Architecte - Gares, aéroports - Transport maritime

Construite en 1957 par les architectes Xavier et Luc Arsène-Henry, la maison de la Batellerie (Paris 13e) vient d’être remise à flots par leur confrère Jean-Baptiste Lacoudre, pour le compte du Port de Paris.

Arrimée le long de la Seine, à un jet de pierre des Docks (la cité de la Mode et du design) et du ministère des Finances, la maison de la Batellerie est un édifice en béton à la facture volontiers brutaliste. Victime d’interventions intempestives au fil des années – surélévation disgracieuse et pastiche, création d’une passerelle, rajoutis d’escaliers, « remplissage » de la structure sur pilotis, etc. – le bâtiment a retrouvé la transparence et « l’esprit de dépouillement et de simplicité » des origines, pour abriter le siège de la direction territoriale « Bassin de la Seine » de Voies Navigables de France (VNF).

Opalin

 

« Il fallait créer une nouvelle alliance entre patrimoine et modernité » plaide Jean-Baptiste Lacoudre. Ainsi, de l’ancienne surélévation, seule la structure métallique a été conservée et rhabillée d’une peau translucide, un « couronnement opalin » qui s’illumine à la nuit. Des bow-windows ont été percés sur l’ancien pignon aveugle au nord afin de bénéficier d’une vue directe sur le fleuve. Les pilotis (épaissis et encoffrés pour des raisons de sécurité incendie, de même que la sous-face du bâtiment) ont été réhabilités et les murs parasites supprimés. L’édifice retrouve ainsi sa légèreté et sa transparence au niveau du sol.

Adiabatique

 

Les plateaux de bureaux (300 m2) sont libres de toutes contingences techniques. Sanitaires et escaliers de secours sont positionnés à chaque extrémité. Les plafonds rayonnants hybrides prennent place entre les poutres de la structure béton. Pour atteindre la performance énergétique demandée (Créf -20% de la RT 2005) sans avoir à rhabiller le bâtiment par une isolation extérieure, l’architecte a privilégié de nouveaux vitrages et menuiseries à très haute performances thermoacoustiques en aluminium poli (Schüco), et des plafonds rayonnant hybrides (Barcol-Air) tirent parti de l’inertie des dalles en béton. En été, la production éventuelle de refroidissement est obtenue par « refroidissement adiabatique » (par évaporation de l’eau) via une centrale de traitement d’air double-flux (Adsolair de Menerga). En façade, le béton existant (d’à peine douze centimètres d’épaisseur!), en bon état, avec ses bas-reliefs de Jean-Pierre Duroux (Grand prix de Rome de sculpture) a simplement été gommé et hydrofugé.

Focus

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Port de Paris

Maîtrise d’œuvre : Jean-Baptiste Lacoudre, architecte. BET :  GEC (TCE), MDETC (économiste), Oasiis (HQE), ACV (acoustique).

Programme : restructuration complète du bâtiment existant en plateaux de bureaux modulables, avec 2 salles de conférence pour 25 et 30 personnes.

Principales entreprises : Coulon (gros œuvre), Etanchéité du Nord (étanchéité), IDS (plafonds, doublages, cloisons), Ineo (courants forts, courants faibles), UTB (chauffage, ventilation, plomberie), Seralu (serrurerie, menuiseries extérieures), Cari (menuiserie intérieure, agencement), Socape (revêtements de sol, peinture), Otis (ascensoriste).

Surface: 2 535 m2.

Coût des travaux : 4,2 millions d’euros HT.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X