Entreprises de BTP

Et si Bouygues se recentrait sur la construction ?

Mots clés : Entreprise du BTP

Le groupe Bouygues vient de réfuter une information selon laquelle Orange aurait entamé des négociations pour acheter ses actifs télécoms et médias. Quelle que soit la réalité de ces négociations, une question peut être posée: quels impacts une telle cession pourrait-elle avoir sur l’activité construction (Bouygues Construction, Bouygues Immobilier, Colas) du groupe ?

En juin dernier, Numericable-SFR offrait 10 milliards d’euros au groupe Bouygues pour racheter sa filiale Telecom. Une somme  quasi-équivalente à la valorisation boursière de l’ensemble du groupe, mais qui n’avait pas réussi à convaincre le conseil d’administration du groupe Bouygues. Six mois plus tard, ce serait au tour d’Orange d’entamer des négociations pour acheter les actifs télécoms et médias du groupe de Martin Bouygues, selon une information de Bloomberg relayée par les Echos. Information que les deux groupes ont immédiatement réfuté, Bouygues indiquant dans un communiqué n’avoir « aucun projet de sortie des secteurs des télécoms et de la télévision » et réaffirmant « son ancrage durable dans ces deux industries ». 

Quelle que soit la réalité de ces négociations, une question peut être posée: quels impacts un tel retrait aurait sur l’activité construction (Bouygues Construction, Bouygues Immobilier, Colas) du groupe ? Martin Bouygues pourrait-il notamment mettre à profit une partie du produit de cette cession pour investir dans ses activités historiques ? Il faut se rappeler que le pôle construction représentait plus de 80% du chiffre d’affaires et près de 95% (!) du résultat opérationnel courant du groupe en 2014, et qu’elle était sa seule activité en croissance  (+2% par rapport en 2013). En juin dernier, à l’occasion de la proposition de Numéricable-SFR, un analyste d’une grande banque expliquait: «quand on regarde le profil de l’entreprise, qui a une taille significative et est déjà bien implantée à l’international, il n’est pas criant qu’elle éprouve le besoin de faire une acquisition particulière dans le domaine de la construction ». Et quand bien même le  groupe aurait eu une volonté d’expansion géographique accentuée, « les ordres de grandeur des sommes nécessaires à d’éventuelles acquisitions à l’export seraient bien inférieures au produit des cessions ». 

Par ailleurs, les analystes de la banque Natixis estimait il y a six mois que le groupe aurait pu opter pour une « simplification de sa structure », avec un « retour aux sources » et à sa vocation première de leader du BTP. Parallèlement à cette hypothèse , plusieurs autres étaient évoquées par les analystes. Natixis aurait ainsi bien vu le groupe Bouygues réaliser une opération de croissance externe dans l’audiovisuel pour compléter le groupe TF1. Les analystes d’Oddo Securities quant à eux, estimaient dans une  note que Martin Bouygues pourrait vouloir laisser les rênes du groupe à l’horizon 2-3 ans avec une « position bilantielle très solide ». Le futur « nouveau patron » pourrait alors vouloir réaliser une acquisition dans « un nouveau segment d’avenir » qui  l’aura convaincu, « tout comme Martin avait investi dans les télécoms, après l’investissement de Francis dans TF1 ».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X