Transport et infrastructures

Et pourquoi pas un « bonus » pour le vélo ?

Le Comité de promotion du vélo demande la prise en compte du vélo dans la fiscalité « verte » qui doit être annoncée par le gouvernement à la rentrée, avec un bonus à l’achat d’un vélo et une TVA réduite.

Dans un communiqué, ce comité rassemblant usagers, collectivités et industriels demande que « le vélo, mode de déplacement à part entière et non polluant par excellence, plébiscité par beaucoup de citadins mais grand oublié du Grenelle de l’Environnement, soit pris en compte ».
Son président Denis Baupin, adjoint (Verts) au maire de Paris, remarque que les mesures comme le bonus malus sur les voitures, bien que « nécessaires, ne sont pas suffisantes pour réduire de façon significative la pollution et son corollaire de nuisances et de méfaits pour la santé ».
Le Comité propose donc notamment un bonus à l’achat d’un vélo, l’abaissement de la TVA sur les bicyclettes, accessoires et services d’entretien, et une indemnité pour les déplacements domicile/travail effectués à bicyclette.

Les Pays-Bas, numéro un mondial pour la pratique du vélo, ont mis en oeuvre dès les années 80 et 90 des mesures incitatives, rappelle la dernière revue de l’Inpes (Institut national de prévention et éducation pour la santé).
Par exemple, acheter un vélo par le biais d’un employeur est exonéré de taxe, et beaucoup d’employeurs offrent un vélo à leurs employés tous les trois ans. Les km parcourus à vélo donnent droit à des produits, sur le modèle des « miles » aériens.

Vos commentaires sur le Moni’blog « A vélo »



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X