Emploi / Formation

ESTP au féminin met à l’honneur des femmes ingénieurs d’exception

Mots clés : Conception - Enseignement supérieur - Mobilier urbain

Retour sur la soirée de remise des troisièmes trophées ESTP au féminin, qui distinguent des femmes ingénieurs passées sur les bancs de cette école.

Près de 250 personnalités du monde du BTP étaient présentes, lundi 27 mars, à la Fédération Française du Bâtiment, pour assister à la remise des trophées  ESTP au féminin. L’Ecole spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie (ESTP) récompensait ainsi, pour la troisième fois, des femmes ingénieurs exemplaires passées par ses bancs. Nathalie Mousselon, fondatrice d’ESTP au féminin et aujourd’hui présidente de la société des anciens élèves, a insisté sur l’importance de la mixité dans le monde du travail. Nicolas Jachiet, président du Syntec, a de son côté souligné que la mixité était avant tout un facteur d’efficacité.

Clara Durand Seidl, présidente d’ESTP au féminin, a quant à elle valorisé l’importance d’avoir des modèles féminins de réussite pour prendre confiance, et donner à des jeunes femmes le courage se lancer. Les témoignages de deux anciennes participantes ont par ailleurs illustré l’importance et la nécessité de l’engagement pour promouvoir la mixité.

Se sont succédés, pour remettre les prix, des dirigeants de grands groupes de construction et d’ingénierie (Serrain et associés, Eiffage, NGE, Vinci Construction, SPIE) et de la FNTP.

 

Coup de projecteur sur les heureuses élues

 

Femme d’audace

Pauline BLEICHER – SETEC Bâtiment

Arrivée chez SETEC après l’obtention de son diplôme ESTP/MSc de l’Université de  Birmingham et un master à l’IAE, Pauline a débuté sa carrière en tant que chef de projets chez  SETEC Bâtiment. Depuis 10 ans, elle a eu et s’est créée l’opportunité de travailler sur des projets emblématiques, passionnants et d’envergure tels que la rénovation des équipements techniques du château de Versailles (dont la création d’un niveau d’infrastructure sous le château), le schéma directeur de l’Ensemble Immobilier Tour Maine Montparnasse (300 000 m2), la Tour Phare (140 000 m2) et actuellement le futur Palais de Justice de Paris (105 000 m2) pour lequel elle assure la direction de projet et coordonne l’ensemble des équipes SETEC intervenant sur le projet.

 

Femme de projets

Perrine GUIGNARD – VINCI Construction France / BATEG

20 ans d’expérience dans le Bâtiment dans le domaine des Grands Projets neufs ou en restructuration complexe en Ile-de-France : après avoir occupé successivement des fonctions en Travaux, Études et Méthodes, Commerce, Perrine a développé un nouveau métier à la croisée de ses anciennes expériences : « le Développement de Projets ». Il s’agit de donner corps à une nouvelle façon de travailler en partenariat avec nos Maîtres d’Ouvrage, Architectes et maîtres d’oeuvre, d’apporter un service à nos clients et de proposer une offre à forte valeur ajoutée. De la valeur ajoutée pour nos clients avec un prix, un délai et un objet optimisé, de la valeur ajoutée pour l’entreprise avec un chantier en départ lancé et des risques mieux maîtrisés.

 

Femme leader – Exæquo

Stéphanie MINNEBOIS – COLAS

Stéphanie a connu un parcours professionnel varié essentiellement réalisé chez Colas à divers postes de responsabilité mêlant management fonctionnel et hiérarchique. Elle y a mis au point des offres innovantes ou développé des projets structurants au service d’ambitieux projets d’entreprises. Au sein de Colas Projects, elle dirige actuellement le développement des offres  pour les grands projets d’aménagement et de transports urbains, avec un périmètre étendu à l’International. En 2015, le Moniteur la met à l’honneur dans un dossier sur « Ceux qui vont changer le BTP ». Stéphanie a compris et prouvé que « leadership » n’est pas un gros mot et  qu’il se décline très bien au féminin !

Isabelle TANIÈRE –COLAS IDFN

Isabelle a souhaité, par cette candidature, partager son évolution depuis la sortie de l’ESTP en 2001. Elle a choisi la voie de l’Exploitation dans les TP, alors qu’au début des années 2000, les femmes n’étaient pas attendues dans cette filière. Elle y a pourtant gravi les échelons,  grâce à ses compétences mais aussi grâce à des managers qui lui ont fait confiance, l’ont poussé à se dépasser et ont osé promouvoir les femmes. Arrivée au tiers de sa carrière,  Isabelle utilise ce trophée pour en faire un bilan et s’interroger sur ses capacités de manager et surtout de leader au sein de son entreprise.

 

Femme créative

Mathilde VILMART – VINCI Construction Grands Projets

Mathilde a démarré sa carrière de plain-pied dans la cellule de modélisation du Département Conception et Études de Structures (DCES), chez VINCI Construction Grands Projets et sur un projet remarquable : La Fondation Louis Vuitton. Elle a travaillé sur le développement d’une plateforme structurelle collaborative, mais aussi sur l’invention d’un langage universel rendant interopérable les logiciels de conception. Puis, elle a pu appliquer une nouvelle fois cette méthodologie de plateforme structurelle sur le Stade des Lumières. Après plus d’un an en modélisation, Mathilde renforce son bagage technique au Service Structures, avant de faire évoluer sa carrière vers la coordination technique.

Homme pour la mixité

Gérard TOUZEAU – SETEC TPI

Parallèlement à ses activités de directeur de projets, Gérard a été chargé, en 2006, des Ressources Humaines de SETEC TPI, société qui ne comptait alors que 19 femmes ingénieurs. Il s’est employé à favoriser toutes les mixités – genre, formation, culture – et à  veiller à l’équité de traitement entre hommes et femmes. Aujourd’hui, SETEC TPI compte 52 femmes ingénieurs. Comme il l’a affirmé dans un article paru en 2014 dans Le Moniteur : « La compétence n’a pas de genre. Les femmes trouvent naturellement leur place pour suivre, de la conception à la réalisation, la vie d’un grand projet. »

 

Coup de coeur du Jury

Mersina CAFI – SUBSEA 7

Le parcours de Mersina débute en Albanie. Elle a rejoint l’ESTP en 2010 dans le cadre d’un premier échange avec l’Université Polytechnique de Tirana, sans connaître un mot de français. Diplômée en 2012, elle a intégré SUBSEA 7, société spécialisée en offshore pétrolier. Son  projet pourrait s’intituler « De la Campagne Albanaise au Delta du Niger » ; elle raconte  comment elle a vécu et travaillé pendant six semaines en mission à bord d’un navire de construction au large du Nigeria. À la dimension hautement technique s’ajoutent plusieurs aspects : rythme de travail intensif, dépaysement culturel, contexte sécuritaire tendu… Cette expérience singulière lui a fait connaître un mélange d’émotions et de responsabilités qu’elle  n’avait jamais vécues auparavant.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X