Réalisations

Equerre d’argent 2017, l’Hôpital Nord Franche-Comté remporte vos suffrages

Mots clés : Architecture - Prix d'architecture

Si les prix d’architecture du Moniteur étaient décernés par le public, la 35e Equerre d’argent reviendrait à l’établissement hospitalier livré à Trévenans par l’agence d’architecture Brunet-Saunier. Mais comme prévu, tripatouillages en ligne et bourrages d’urnes ont été constatés et confirment que notre sondage est avant tout un grand jeu.

On a d’abord cru à une guéguerre entre la Justice et la Culture. Le sondage lancé en ligne lundi 20 novembre au matin par les rédactions du « Moniteur » et d’« AMC » pour inviter le public à choisir son favori parmi les huit réalisations finalistes pour le prix de l’Equerre d’argent 2017 a ainsi débuté sur une gentille compétition entre deux tribunaux, celui de Strasbourg et celui de Paris, un musée, l’institution dédiée à Camille-Claudel à Nogent-sur-Seine, et une bibliothèque construite à Caen. Et cette première journée s’était achevée assez tranquillement en mettant en tête le Palais de justice alsacien, transformé par les architectes barcelonais Garcés de Seta Bonet. On constatait toutefois déjà un phénomène étrange : ses partisans s’étaient mobilisés comme un seul homme entre l’heure du déjeuner et du goûter, voire de la sieste traditionnelle.

 

Escadrille de votants

 

Puis le lendemain, les partisans de la lecture en Normandie et de la bibliothèque réalisée par l’OMA, l’agence du Néerlandais Rem Koolhaas, se sont apparemment tous réveillés à la même heure. Pas franchement tôt, vers 10h30. Et ils se sont mis à voter de concert pour leur favori. On en était là quand s’imposa le sujet de la santé publique : l’Hôpital Nord Franche-Comté, réalisé par l’agence Brunet-Saunier sur la commune de Trévenans, déboulait dans les scores.

Comme les sondés volent décidément en escadrille, ce fut un véritable pilonnage. Les défenseurs de l’établissement hospitalier avaient apparemment le vote nocturne et compulsif. Le 21 au soir, le bâtiment a récolté quelque 180 voix rien qu’entre 22h41 et 23h48… Loin de nous l’idée qu’une seule et même personne ait été prise d’une crise de clics sur sa souris d’ordinateur pendant une heure. Quoique… Un peu de tripatouillage et de bourrages d’urnes font chaque année partie du jeu et ce vote du public en ligne se solde bien souvent par des résultats dignes d’élections en républiques bananières. Ce qui en fait toute la saveur.

 

 

En 2017, sur 1 199 clics enregistrés, l’hôpital de Trévenans l’a donc finalement emporté avec 451 votes, suivi d’assez loin par la bibliothèque de Caen (254 voix). Quant à la compétition inter-justice, elle a vu le nouveau tribunal de Paris, réalisé par RPBW, l’agence de l’architecte Renzo Piano, l’emporter de 42 voix sur celui de Strasbourg, avec 172 contre 130 votes. Les supporteurs des autres projets, soit parce qu’ils étaient moins nombreux, soit parce qu’ils étaient nettement moins filous, ont tout de même donné 62 votes au musée Camille-Claudel réalisé par Adelfo Scaranello et 60 voix au parking parisien construit par Anonyme. A ce propos, il est temps de préciser qu’Anonyme est bel et bien le nom d’une agence d’architecture, basée à Paris. Il a en effet à plusieurs reprises été reproché au « Moniteur » et à « AMC » d’avoir sélectionné un projet conçu par des architectes… taisant leur identité. Enfin les derniers votes se sont répartis entre les logements nantais de l’agence Berranger-Vincent (38 voix) et la passerelle à Creil de Jean-François Blassel (13 voix), tandis que 19 votants usaient de leurs droits de choisir un bâtiment autre que les huit retenus pour la finale.

 

Une poignée d’outsiders

 

Parmi les outsiders, ont ainsi été distinguées certaines réalisations qui avaient été nommées au premier tour de la compétition, telle que la tour-radar de Saclay des architectes Barthélémy-Griño, le pôle culturel de Cornebarrieu de Philippe Madec ou encore le lotissement de la Ferté-Bernard de Block Architectes. D’autres, enfin, semblaient regretter certaines absences comme celles du nouveau bâtiment de Centrale, réalisé par OMA à Saclay, ou celui que l’agence CAB a livré, sur ce même campus, pour L’Ensae Paristech.

 

 

Si l’on ajoute à tout cela quelques commentaires croquignolets glanés ici et là sur les réseaux sociaux, à « AMC » et au « Moniteur », nous avons bien ri. Mais comme nous avons coutume de dire : « le jury est souverain ». Ses membres décideront donc du palmarès officiel lundi 27 novembre. Et le soir même sera remise la 35e Equerre d’argent. La vraie.

 

Retrouvez l’ensemble des huits opérations finalistes du prix de l’Equerre d’argent 2017 sur le site du magazine « AMC ».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X